S'abonner
Distribution

Concession Beauchamps Automobiles : Une histoire de famille

Publié le 10 février 2006

Par Christophe Jaussaud
7 min de lecture
Implantée depuis 1993 au Sud de Arles, la concession Opel de Christian Conduché trouve ses origines dans le centre de cette cité dès 1964. Rencontre et voyage au cœur de quarante années d'automobile couronnées de succès. Et ce n'est pas fini… Une concession automobile peut-elle,...
Implantée depuis 1993 au Sud de Arles, la concession Opel de Christian Conduché trouve ses origines dans le centre de cette cité dès 1964. Rencontre et voyage au cœur de quarante années d'automobile couronnées de succès. Et ce n'est pas fini…
Une concession automobile peut-elle,...
Implantée depuis 1993 au Sud de Arles, la concession Opel de Christian Conduché trouve ses origines dans le centre de cette cité dès 1964. Rencontre et voyage au cœur de quarante années d'automobile couronnées de succès. Et ce n'est pas fini… Une concession automobile peut-elle,...
...encore être de nos jours, une affaire familiale ? Familiale au sens noble du terme, où l'on retrouve une bonne dose de passion au service des clients. Sans conteste oui. Beauchamps Automobiles, la concession Opel que dirige Christian Conduché, le prouve depuis plus de 40 ans. Cette fantastique histoire débute en 1964, lorsque le beau-père de Christian Conduché dirigeait une agence NSU dans le centre ville d'Arles. A l'époque, le jeune Christian Conduché fait ses gammes dans le monde de la vente puis de l'automobile tant à l'atelier qu'au commercial. En 1967, l'établissement arlésien connaît son premier tournant. En effet, NSU disparaît de la façade au profit du Blitz. C'est d'ailleurs après cette époque, au début des années 70, que Christian Conduché arrive dans le business de sa belle-famille. Son envie et son énergie vont faire du garage familial un véritable centre de la mécanique et du plaisir. Ainsi, jusqu'en 1982, date ou l'agence devient une concession, l'entreprise vend également des motos, des bateaux, des moteurs de bateaux et même des planches à voile. Le Blitz côtoie ainsi Harley-Davidson, Zodiac, Suzuki et Mistral. Mais 1982 sonne le glas de ces activités annexes pourtant très rentables. Christian Conduché se souvient même de la surprise et de l'interrogation de son expert comptable de l'époque qui semblait avoir du mal à comprendre ce choix. "Ma vocation était plus tournée vers l'automobile, explique Christian Conduché, même si effectivement cette activité apparaissait moins rentable." Le pari d'une nouvelle implantation en 1993 Pourtant ma[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle