S'abonner
Distribution

CapCar veut lever des fonds pour miser sur la LOA

Publié le 30 novembre 2021

Par Gredy Raffin
3 min de lecture
La prochaine étape de développement de la plateforme d'intermédiation passera par le démarrage d'une offre de LOA sur les véhicules d'occasion. Pour cela, CapCar prépare une levée de fonds importante qui aboutira en 2022.
La LOA chez CapCar reposera sur la qualité des inspections en amont pour minimiser les risques.
La LOA chez CapCar reposera sur la qualité des inspections en amont pour minimiser les risques.

CapCar ne veut pas manquer le virage de la location avec option d'achat (LOA) sur les véhicules d'occasion qui transitent par sa plateforme d'intermédiation. La société mancelle prépare donc une levée de fonds dont le bouclage est attendu au premier semestre 2022, selon son cofondateur et CEO, Louis-Gabriel de Causans, interrogé récemment par le Journal de l'Automobile. Un renfort de trésorerie qui permettra dans le même temps de poursuivre la croissance en France, tout en ouvrant des bureaux dans les principaux pays voisins.

 

"Notre dernière levée nous a rapporté 5 à 6 millions d'euros, la prochaine devra être plus conséquente. Il faudra entre 15 et 40 millions d'euros", estime Louis-Gabriel de Causans. Ainsi CapCar entend assumer le risque lié à la LOA, tout du moins au début de cette nouvelle aventure. Pour le cofondateur, il est question de "fabriquer un historique à présenter ensuite aux financeurs". Pour mémoire, CapCar intervient en tant que tiers de confiance. Ses partenaires sur le terrain ont la charge de l'inspection des véhicules de particuliers avant de les mettre en vente sur la plateforme accessible aux acheteurs particuliers et aux professionnels. La confiance dans ces rapports d'analyse encourage l'entreprise à croire en la possibilité de proposer de la LOA.

 

En parallèle, Louis-Gabriel de Causans n'exclut pas de miser sur la contribution d'un centre de reconditionnement. Un projet qui entrera en réflexion à partir du second semestre 2022, laisse comprendre le CEO. "Notre processus filtre les véhicules en mauvais état", remet en avant celui dont l'interface recense à fin novembre près de 900 VO en stock virtuel, comme pour expliquer que les besoins seront dans la norme.

Stratégie de SEO

 

Après avoir fiabilisé son appareil logistique pour la livraison avec Hiflow et Driiveme, CapCar a tiré profit, en 2021, des investissements réalisés dans sa plateforme digitale. Des améliorations qui ont eu pour effet direct de générer une croissance plus saine grâce à des ventes rentables. "En trois clics, les internautes obtiennent une estimation de prix, en ajoutant deux clics, ils planifient un rendez-vous. Nos conseillers interviennent pour le support. Nous avons donc multiplié par 3 la productivité", tire-t-il le bilan des derniers mois. Le parcours du client a fondu de 24 heures et le taux de conversion, habituellement de 15 % dans les deux semaines suivant la visite du site, est passé à 20 %.

 

A lire aussi : Mathias Hioco passe de Carizy à Heycar France

 

A ce jour, CapCar évalue à 30 % la part des visiteurs uniques qui se rendent sur le site uniquement pour obtenir une estimation de la cote d'un véhicule à vendre ou à acheter. En réalité, 50 % du trafic s'avère être dans la cible. En travaillant sur le référencement naturel et profitant d'un engouement pour le produit d'occasion, la plateforme a réalisé une spectaculaire progression sur un an. Entre les mois de juin 2020 et 2021, l'affluence mensuelle de visiteurs uniques a grimpé de 50 000 à 400 000 personnes. A 30 % ce trafic est généré directement. CapCar est donc un peu moins dépendant des infomédiaires par qui les annonces sont relayées, comme Leboncoin (25 % du trafic), La Centrale (20 %) ou les autres (15 %). "Fin 2022, nous allons recruter des ressources pour soutenir cette stratégie de référencement naturel", promet-il.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle