S'abonner
Constructeurs

Volvo EX30 : changement de braquet

Publié le 12 mars 2024

Par Christophe Jaussaud
4 min de lecture
En proposant un SUV 100 % électrique très réussi sur le segment B, Volvo s’ouvre de nouveaux horizons. La marque estime que l’EX30 pourrait dépasser les 10 000 ventes en France en année pleine. Le démarrage, avec plus de 3 500 commandes avant le lancement, semble le confirmer.
Volvo EX30
Avec l’arrivée de l’EX30 et ses 7 000 unités escomptées, Volvo France vise 22 000 immatriculations en 2024. ©Volvo-ACE Team

Ce n’était jamais arrivé chez Volvo. En effet, la marque suédoise a enregistré, en France, plus de 3 540 commandes de l’EX30 avant même que les clients aient pu le voir ou l’essayer.

 

Mais tous ces modèles, commandés avant le 15 décembre 2023 et le changement de règles du bonus écologique, devront être livrés avant le 15 mars 2024. La maison mère a donc orienté plus de productions vers la France en ce début d’année. Les immatriculations de l’EX30 et de Volvo devraient connaître une très forte croissance en février et mars 2024.

 

A lire aussi : Yves Pasquier‑Desvignes, Volvo Car France : "L’EX30 arrive au meilleur moment"

 

Une situation qui explique aussi qu’Yves Pasquier‑Desvignes, pa­tron de Volvo France, ne compte pas baisser les tarifs de son modèle, qui dé­butent à 37 500 euros, malgré la guerre des prix ambiante.

 

Mais il ne s’interdit pas d’être agressif avec de bons loyers grâce à des valeurs résiduelles élevées. D’autant que 90 % des ventes se feront avec des formules de location.

 

7 000 unités en 2024

 

La marque Volvo a‑t‑elle trouvé la mar­tingale électrique avec l’EX30 ? Reposant sur une plateforme Geely, il débarque surtout sur un segment où le potentiel est tout autre. En effet, le B‑SUV pèse plus de 320 000 unités en France et les modèles à batterie ne sont pas encore lé­gion. Seulement 5 % des ventes du seg­ment sont en 100 % électrique.

 

Quant à son tarif, environ 45 000 euros pour le cœur de gamme, il ne choque pas dans cet univers électrique. Il n’y a pas, voire peu, de premium face à l’EX30 et guère plus de généralistes qui ne peuvent pas rivaliser en termes d’offres et de presta­tions. De quoi faire dire à Volvo France que ce modèle pourrait représenter entre 11 000 et 12 000 unités en année pleine, contre les 7 000 escomptées en 2024.

 

©Volvo-ACE Team

 

Ce nouveau SUV électrique ne manque pas d’atouts et sera un levier majeur de conquête avec un taux estimé de 70 %. Il offre un choix de deux batteries et deux motorisations. Ainsi, la version Single propose un moteur de 200 kW (272 ch) et une batterie LFP de 51 kWh (dont 49 kWh utiles), autorisant une autono­mie de 344 km.

 

Avec la variante Single Extended Range, le modèle conserve le même moteur mais alimenté par une batterie NMC de 69 kWh (dont 64 kWh utiles) permettant jusqu’à 476 km d’endurance. Enfin, la version Twin Performance, avec la grosse batte­rie, ajoute un moteur sur le train avant (115 kW/156 ch) pour afficher une puissance cumulée de 315 kW (428 ch). Le rayon d’action en fait un peu les frais avec 450 km. Volvo table sur un mix dominé par le modèle Single Extended Range (75 %), devant le Single (15 %) et le Twin Performance (10 %).

 

En attendant une production en Belgique

 

Avec l’EX30, Volvo élargit sa couverture du marché, y compris dans l’univers professionnel qui pourrait représenter 60 % des ventes. Naturellement, les par­ticuliers seront aussi au rendez‑vous, même si l’EX30 ne bénéficie plus du bonus écologique en grande partie à cause de sa production en Chine.

 

A lire aussi : Volvo France se projette sur 22 000 livraisons en 2024

 

Cela étant, la marque a soigné l'empreinte globale de son modèle qui cache notamment 25 % d'aluminium, 17 % d'acier et 17 % de plastiques recyclés, dont 30 % dans les pare-chocs. Même le fret par bateau se fait seulement avec des navires fonctionnant au GNV, réduisant ainsi de 84 % les émissions de CO2.

 

Plus largement, l’arrivée de ce modèle conforte aussi la stratégie de Volvo qui doit basculer vers le 100 % électrique d’ici la fin de la décennie. Un bouleversement qui ne remet au­cunement en cause les ambitions de la marque dans l’Hexagone puisqu’elle vise 35 000 à 36 000 immatriculations à l’horizon 2026‑2027.

 

©Volvo-ACE Team

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle