S'abonner
Constructeurs

Un million de véhicules anciens en France

Publié le 25 août 2021

Par Christophe Bourgeois
4 min de lecture
Les voitures anciennes, détenues par 400 000 collectionneurs, forment un parc roulant d’un million de véhicules. Cette passion qui représente un chiffre d’affaires de 4 milliards d’euros fait travailler près de 24 000 personnes en France, d'après les fédérations.
Citroën est la marque la plus collectionnée en France, devant Renault.
Citroën est la marque la plus collectionnée en France, devant Renault.

La Fédération internationale des véhicules anciens (FIVA), dont fait partie la Fédération française des véhicules d’époque (FFVE), vient de publier une très intéressante étude sur les propriétaires et le marché du véhicule ancien en France*. Le pays dénombre 400 000 collectionneurs pour un parc d’un million de véhicules, soit 2,5 % du parc roulant français. Economiquement, le marché de la voiture ancienne représente 4 milliards d’euros, un montant relativement stable par rapport à la précédente enquête qui date de 2017.

 

Le prix moyen dépensé par véhicule est de 17 800 euros (4 700 euros pour les motos). Mais derrière cette moyenne se cache de grandes disparités ;  58 % des voitures ont été vendues moins de 10 000 euros tandis que 61 % des motos ont été cédées pour moins de 3 000 euros. Ensuite, en termes de budget, leurs possesseurs dépensent en moyenne près de 4 000 euros par an pour assouvir leur passion. Cela inclut les frais d’assurance, de maintenance, de réparation, de carburant, mais également la participation à des évènements.

 

Citroën et Renault les plus collectionnées

 

Être propriétaire d’une ancienne reste donc une passion relativement élevée, réservée à une certaine partie de la population. Le revenu moyen des ménages collectionneurs est de 54 000 euros par an à comparer au revenu moyen national de 36 740 euros (INSEE – 2017). Pour autant, cette moyenne est tirée par des modèles à la cote élevée, car un ménage sur deux qui possède une voiture de plus de trente ans ne touche que 40 000 euros par an.  D'un point de vue du profil, le collectionneur reste relativement âgé (58 ans), mais un possesseur sur deux est encore en activité.

 

71 % d’entre eux portent leur choix sur la voiture. Parmi les marques les plus plébiscitées, notons Citroën (20 %), Renault (10 %), Peugeot (8 %) et Volkswagen (5%), suivies par Porsche, Mercedes-Benz et Triumph (4 % chacune). Côté moto, on retrouve Honda (14%), BMW (7 %), Motobécane (7%), puis Peugeot, Suzuki, Terrot et Triumph à hauteur de 4 % chacune.  L’année moyenne de fabrication des véhicules collectionnés est 1968.

 

1071 km par an

 

Les propriétaires sont attachés à leurs modèles car ils les conservent en moyenne 12 ans. N'en déplaise à certains pouvoirs publics qui ont mis leur haro sur les plus anciens véhicules sous prétexte qu’ils polluent, ils ne parcourent qu’une moyenne de 1 071 km par an (et 617 km pour les motos). C’est à comparer au kilométrage moyen annuel qui est de 12 000 km. 93 % des véhicules anciens sont immatriculés et ils roulent en moyenne 14 fois par an tandis que 84 % sont dans leur état d’origine.

 

Concernant le côté professionnel, l’enquête montre que le chiffre d’affaires moyen des entreprises qui travaillent dans le domaine du véhicule ancien est de 520 000 euros. Une entreprise sur cinq existe depuis plus de vingt ans et pas loin d’une sur deux exporte. L’étude estime que les sociétés qui travaillent dans cette activité représentent 24 000 personnes. L’effectif moyen est de six collaborateurs, mais elles semblent avoir du mal à recruter. 39 % d’entre elles disent avoir besoin d’embaucher du personnel et 93 % ont rencontré des difficultés pour le faire. C’est une activité qui a d’ailleurs du potentiel, car plus d’une entreprise sur trois estime que son chiffre d’affaires augmentera d’ici cinq ans.

 

*L’étude a été réalisée par la société anglaise JDA. Elle porte sur 55 000 réponses données dans le monde entier dont 8 228 pour la France, propriétaires de 21 028 véhicules. Les précédentes enquêtes ont été réalisées en 2007, 2014 et 2017. Selon la FIVA, un véhicule d’époque répond aux critères suivants : véhicule routier à propulsion mécanique fabriqué depuis plus de 30 ans, préservé et entretenu en condition historiquement correcte et conservé en raison de son intérêt technique et culturel et non comme transport quotidien.

 

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle