S'abonner
Constructeurs

Mazda quitte à son tour la Russie

Publié le 10 novembre 2022

Par Christophe Jaussaud
2 min de lecture
Le constructeur nippon va vendre à son partenaire russe Sollers ses parts dans leur coentreprise. Mazda va ainsi quitter le pays mais avec la possibilité, d'ici à 3 ans, de retrouver sa place.
Mazda a provisionné une charge exceptionnelle de 82 millions d'euros suite à son départ de Russie.

La liste des constructeurs ayant quitté le marché russe continue de s'allonger. En effet, jeudi 10 novembre 2022, Mazda a fait savoir qu'il se désengageait de sa coentreprise locale avec Sollers.

 

Le nippon va céder à son ex-partenaire russe, pour un euro symbolique, toutes ses parts dans leur coentreprise Mazda Sollers Manufacturing Rus LLC (MSMR), une société de production et de vente automobile basée à Vladivostok, dans l'Extrême Orient russe, selon un communiqué. L'exposition de Mazda au marché russe était limitée, le groupe ayant écoulé à peine 30 000 voitures dans le pays l'an dernier.

 

"Du fait de la situation en Ukraine depuis février 2022", Mazda "a cessé de livrer des pièces à MSMR depuis mars" et cette société a cessé ses opérations depuis fin avril, a rappelé le groupe. Mazda a dit "ne pas voir de solution pour redémarrer l'activité" dans un futur prévisible, et donc décidé de transférer ses parts à Sollers, décision largement anticipée depuis quelques mois.

 

Le constructeur nippon va enregistrer une charge exceptionnelle de 12 milliards de yens (82 millions d'euros) en lien avec ce transfert, a-t-il encore précisé.

 

A lire aussi : Ford sort complétement de Russie

 

Selon les termes de l'accord signé avec Sollers le 24 octobre, Mazda aura la possibilité pendant trois ans de récupérer ses parts dans MSMR pour un euro symbolique, une option de rachat similaire à celle du français Renault pour ses parts dans Avtovaz, cédées ce printemps à l'Etat russe.

 

De nombreux constructeurs et équipementiers automobiles étrangers ont suspendu ou cédé leurs activités en Russie du fait des sanctions internationales prises contre Moscou dans la foulée de son invasion de l'Ukraine. (avec AFP)

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle