S'abonner
Constructeurs

L'Italie ne souhaite pas entrer – pour l'heure – au capital de Stellantis

Publié le 19 février 2024

Par Christophe Jaussaud
3 min de lecture
Le ministre italien des entreprises, Adolfo Urso, a indiqué qu'une entrée de l’État dans le capital de Stellantis n'était pas à l'ordre du jour. En 2023, le groupe a produit 752 000 véhicules dans la péninsule (+10 %) et vise un million à l'horizon 2030.
Stellantis Italie
Stellantis souhaite produire un million de véhicules en Italie en 2030. ©Stellantis

La petite querelle entre les États français et italien au sujet de Stellantis semble s'apaiser. En effet, le ministre italien des entreprises, Adolfo Urso, a indiqué que l'Italie n'avait pas la volonté d'entrer au capital du constructeur.

 

"Ce choix aurait pu être fait" au moment de la fusion en janvier 2021 a-t-il fait valoir. "Mais aujourd'hui, alors qu'il existe déjà une configuration de l'actionnariat, la question n'est pas à l'ordre du jour", a assuré le ministre sur la radio Rai Radio1.

 

"Il est clair que si l'entreprise disait « nous avons absolument besoin d'une participation publique italienne », un débat s'ouvrirait", a-t-il cependant ajouté.

 

A lire aussi : Stellantis : des résultats excellents malgré l'impact de la grève aux États-Unis

 

L’État français a porté fin janvier ses droits de vote dans Stellantis à 9,6 % tout en conservant une part de 6,1 % du capital, alors que l’État italien n'y est pas présent.

 

Adolfo Urso avait évoqué début février l'hypothèse d'une entrée de Rome au capital de Stellantis, en pleine polémique avec le constructeur sur les subventions de l'État pour les véhicules électriques. La Première ministre Giorgia Meloni accusait Stellantis de "privilégier" les intérêts de la France au détriment de l'Italie, tandis que le constructeur reprochait à Rome de lésiner sur les subventions.

 

Après l'annonce par le gouvernement d'un plan de 950 millions d'euros d'incitations financières en 2024 pour renouveler le parc automobile, les relations se sont quelque peu apaisées.

 

"Nous sommes très reconnaissants. C'est une excellente décision", s'était félicité le directeur général de Stellantis, Carlos Tavares, précisant que ces subventions allaient "ajouter automatiquement 20 000 véhicules" à la production automobile en Italie.

 

Production italienne de Stellantis en hausse de 10 % en 2023

 

Pour atteindre l'objectif convenu avec le gouvernement de porter la production en Italie à un million de véhicules d'ici 2030, "nous avons bien sûr besoin de toutes nos usines, ce qui signifie qu'il y a un avenir pour Pomigliano et Mirafiori", a-t-il déclaré devant des journalistes.

 

Les syndicats italiens avaient à plusieurs reprises exprimé des inquiétudes sur ces deux sites, craignant leur fermeture.

 

Stellantis a augmenté sa production en Italie l'an dernier de près de 10 % à 752 000 véhicules et si le groupe arrivait à maintenir ce rythme, l'objectif d'un million de voitures pourrait être atteint "très, très rapidement" et donc "bien avant 2030", a assuré Carlos Tavares.

 

Un objectif qui pourrait être, selon lui, cependant compromis si un autre constructeur commençait à produire en Italie, comme le souhaite le gouvernement Meloni. "Si nous invitons davantage de constructeurs automobiles chinois à produire en Europe, pensez-vous que cela va aider ?" a-t-il lancé. (avec AFP)

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Pour vous tenir informés de toute l'actualité automobile, abonnez-vous à nos newsletters.
Inscription aux Newsletters
cross-circle