S'abonner
Constructeurs

La Compétition Clients en vedette

Publié le 17 février 2006

Par Marc David
4 min de lecture
Dans l'attente du lancement en 2007 de son programme Endurance, Peugeot Sport fait de la Compétition Clients son fleuron tout au long de cette nouvelle saison 2006. La Compétition Clients en vedette, tel est le mot d'ordre de Peugeot Sport à l'orée de cette nouvelle saison...

...2006. Qu'il s'agisse du rallye ou du circuit, le catalogue Peugeot Sport est alléchant avec quelques nouveautés au menu, toujours avec l'appui des partenaires exclusifs Total et Pirelli.
Ainsi, en rallye, un défi est dorénavant réservé aux possesseurs ou futurs acquéreurs d'une 206 RC Groupe N, permettant de toucher des primes financières, des bons d'achat Boutique Peugeot Sport et des pneumatiques Pirelli. Seule condition pour s'y inscrire : adhérer à un Club Peugeot Sport. Le calendrier est varié pour faire étalage de son talent au volant : les huit manches du Championnat de France des Rallyes, les vingt de la Coupe de France des Rallyes 1re Division coefficient 5 et coefficient 4 ainsi que la Finale de la Coupe de France des Rallyes et le Rallye de France Tour de Corse, soit un total de 30 épreuves !
En outre, parallèlement à son Volant 206, formule de promotion mise en place en 2002 (huit manches au programme 2006, soit quatre sur asphalte et quatre sur terre), Peugeot Sport relance sa Coupe Terre avec ces mêmes 206. Présent en Championnat de France des Rallyes sur Terre depuis 1980, Peugeot Sport marque donc son retour au travers de cette Coupe, qui se disputera dans le cadre de six des sept manches du Championnat de France, dont quatre seront disputées en commun avec le Volant 206. Primes et dotations récompenseront les vingt meilleurs de chaque course et du classement général final.

Côté circuit, réduction des coûts et attribution des points sont à l'ordre du jour

Côté circuit, la Peugeot RC Cup, lancée en 2004, soufflera sa troisième bougie. Pour l'édition 2006, trois nouveautés font leur apparition. D'abord, un "volant" pour la saison suivante sera attribué au champion sans aucune considération d'âge, ses dauphins repartant respectivement avec une 407 et une 307 à motorisation HDi. Ensuite, au niveau de l'engagement, un pilote devra désormais s'acquitter de 55 000 euros HT pour les 14 courses, contre 60 000 euros HT l'an passé. Le principe du clef en main ne change pas, un concurrent ne fournissant que "casque, gants et adrénaline" ! La fidélité à la marque est également récompensée : un pilote ayant participé en 2005 à une catégorie du Lion déboursera 50 000 euros HT, un tarif également valable pour les "titrés" 2005 d'autres catégories. Enfin, les résultats de chaque course seront désormais comptabilisés (contre, auparavant, le meilleur résultat du week-end). Si deux pilotes se partagent la même voiture, chacun marquera le double de points. Une approche valable également pour la Coupe 206 RCC (un savoureux mélange de 206 CC et de 206 RC), qui reçoit cette saison le renfort du pétrolier Total. Et puis, il y a les rencontres Peugeot Sport. Plus de 700 pilotes, près de 300 voitures réparties dans trois catégories, les chiffres de la saison 2005 parlent d'eux-mêmes. Alliant convivialité, coût et temps de roulage, les Rencontres Peugeot Sport répondent aux attentes de tous. Cette année encore, Coupe 206 Sprint et Course Relais 206 disputées au volant de 206 S16 proches de la série puis Trophée Pirelli mixant Coupe 206CC (1600 cc) et Coupe Hommel, repartent en campagne à l'occasion de six meetings. Deux nouveautés en 2006 : une course de 24 heures organisée sur le circuit de Nevers Magny-Cours, et une internationalisation plus marquée de la discipline. En effet, si depuis cinq ans Spa-Francorchamps reste un moment fort de la saison, ce rendez-vous sera complété par l'Espagne avec un meeting en juin sur le tracé d'Albacete où l'intégralité des formules de promotion Peugeot Sport en circuit seront représentées.


Marc David





ZOOM

Jacques Régis démissionne
L'information est tombée sous la forme d'un communiqué laconique de la FIA. Un an à peine après avoir pris ses fonctions, Jacques Régis quitte la présidence de la Commission WRC chargée d'assurer l'avenir de la discipline. En fait, celui qui est également vice-président de la FIA et président de la FFSA, assurera ses fonctions jusqu'au 22 mars 2006, date du prochain Conseil mondial qui se tiendra à Paris. Maintenant, une question s'impose : pourquoi cette démission ? Très probablement, en raison de divergences de vues avec le monde (majoritaire) des anglo-saxons. Ainsi, récemment, l'intéressé s'était une nouvelle fois porté contre certains points de la réglementation comme par exemple le "Super Rallye" qui permet à un concurrent supposé hors course de repartir (et de marquer éventuellement de précieux points) moyennant une pénalité forfaitaire. Sébastien Loeb a d'ailleurs mis ce point réglementaire à profit lors du dernier Rallye de Monte-Carlo. Récemment, Jacques Régis déclarait : "On ne m'a pas donné les moyens de gérer le rallye mondial en professionnel, comme je l'ai fait à la FFSA." Il faut souhaiter, en tout état de cause, que son départ ne laisse pas la part belle à certaines "dérives", nuisibles à l'intérêt général de la discipline.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Pour vous tenir informés de toute l'actualité automobile, abonnez-vous à nos newsletters.
Inscription aux Newsletters
cross-circle