S'abonner
Constructeurs

Fisker met sa production sur pause et lève des fonds

Publié le 19 mars 2024

Par Damien Chalon
2 min de lecture
Annoncé au bord de la faillite, Fisker prend des mesures d’urgence. Le constructeur américain procède à une levée de fonds et stoppe sa production pour six semaines. Les discussions se poursuivent en parallèle avec un "grand constructeur".
fisker faillite
Fisker prend plusieurs mesures pour éviter la faillite. ©Fisker

Bouée de sauvetage ou bouteille à la mer ? Fisker annonce plusieurs mesures d’urgence afin d’éviter la faillite.

 

Le constructeur américain assure tout d’abord bénéficier d’un engagement de financement allant jusqu'à 150 millions de la part d’un investisseur existant dont le nom n’a pas été dévoilé.

 

Arrêt de la production

 

En parallèle, la production de l’Ocean, le seul modèle au catalogue, est stoppée pendant six semaines, à compter du 18 mars 2024. Depuis le début de l’année, l’usine Magna de Graz, en Autriche, a assemblé 1 000 exemplaires du SUV électrique.

 

L’objectif de Fisker est avant tout d’écouler les stocks. Il dispose actuellement de 4 700 véhicules en attente d’être vendus. Un actif évalué à plus de 200 millions de dollars.

 

A lire aussi : Nissan s'allie avec Honda et s'éloigne un peu plus de Renault

 

Encore faut-il évidemment que la demande suive. Depuis le mois de janvier, le constructeur assure avoir livré 1 300 véhicules, dont 640 en janvier aux États-Unis. Un maigre bilan commercial qui s’explique par le faible nombre de distributeurs.

 

En France, le compte n’y est pas non plus avec quelques dizaines de livraisons. Fisker compte deux points de vente dans l’Hexagone, à Lyon et Toulouse, respectivement opérés par Jean Lain Mobilités et EVE.

 

Discussions toujours en cours avec un grand constructeur

 

L’autre gros sujet qui pourrait changer le futur de Fisker est celui des négociations engagées avec un "grand constructeur automobile", qui pourrait être Nissan.

 

A lire aussi : Comment Rivian tente de conjurer la défiance des investisseurs sur les voitures électriques

 

Les discussions, qui sont toujours en cours, pourraient inclure un investissement dans Fisker, le développement conjoint d’une ou plusieurs plateformes de véhicules électriques et enfin la fabrication de modèles en Amérique du Nord.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle