S'abonner
Constructeurs

Feu vert des syndicats de PSA au projet de fusion avec FCA

Publié le 19 novembre 2019

Par Catherine Leroy
2 min de lecture
Le comité social et économique central de PSA a donné un avis favorable au projet de fusion avec FCA. Tous les élus syndicaux ont approuvé le projet, sauf la CGT qui ne dispose pas d'élus au comité.
Tous les élus syndicaux du groupe PSA ont approuvé le projet de fusion avec FCA, sauf la CGT qui ne dispose pas d'élus au comité social et économique.

 

PSA a obtenu un avis favorable des organisations syndicales françaises à son projet de fusion avec Fiat-Chrysler au cours d'un comité social et économique central (CSEC) extraordinaire. "Après un avis unanimement favorable émis le 8 novembre 2019 par le comité social et économique de la holding Peugeot SA, les organisations syndicales françaises de PSA Automobiles SA ont confirmé ce jour leur support au projet en donnant également un avis favorable à l'unanimité des élus", a annoncé un porte-parole du groupe français.

 

Tous les syndicats représentatifs, hormis la CGT qui ne compte pas d'élus au CSEC, ont émis un avis favorable. "Ces avis favorables témoignent de la confiance des partenaires sociaux et de la dynamique de coconstruction déployée dans le groupe PSA ouvrant ainsi les conditions favorables à la réussite du projet de fusion de PSA et FCA", s'est réjoui Xavier Chéreau, directeur des ressources humaines de PSA, dans une déclaration transmise à l'AFP. Le projet doit encore faire l'objet d'une réunion d'information du comité de groupe européen de PSA le 26 novembre 2019.

 

"D'un point de vue industriel, économique et financier, cela fait sens", estime Franck Don, de la CFTC, 4e syndicat au sein de PSA. "D'un point de vue social, il va falloir attendre pour savoir quelles seront les synergies et leurs conséquences".  "Nous avons demandé plus de précisions après le protocole d'accord", texte préalable à la signature définitive du contrat de fusion, a indiqué la CFE-CGC (2e syndicat).

 

Dans un communiqué, la CGT fait part de son inquiétude "pour l'avenir des salariés, qu'elle ne veut pas voir faire les frais de cette fusion décrite comme une opération financière motivée avant tout pour les actionnaires des deux groupes".

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle