S'abonner
Constructeurs

FCA veut se relancer grâce à l’électrification

Publié le 30 novembre 2018

Par Alice Thuot
3 min de lecture
Mike Manley, nouveau dirigeant de FCA, a rencontré à Mirafiori, à Turin, les représentants des syndicats des usines italiennes afin de dévoiler le plan produits du groupe. Au programme, plus de synergies et de modèles électrifiés.
Mike Manley a donné des précisions sur les nouveaux produits à venir pour le groupe FCA.

 

L’heure est grave pour FCA, quatrième groupe automobile à l’échelle européenne. Ventes en chute, usine au ralenti, décès de l’emblématique patron Serge Marchionne, l’entreprise italo-américaine fait face à d'importantes perturbations. C’est dans ce contexte que Mike Manley, nouveau dirigeant de FCA, a rencontré les représentants des syndicats des usines italiennes. Objectif, préciser le plan produits pour ses sites suite à la présentation en juin du Business Plan 2018-2022.

 

Première information : ce ne seront pas moins de treize nouveaux modèles qui seront lancés entre 2019 et 2021. Parmi eux, un SUV compact Alfa Romeo, produit dans l’usine de Pomiglioano. Le modèle pourrait d’ailleurs bénéficier d’une technologie hybride rechargeable, comme le laisse entendre FCA.

 

L’électrifié enfin dans les plans

 

Le groupe semble en effet désormais réellement se préoccuper de faire de la place dans sa gamme aux modèles électrifiés, dont les hybrides rechargeables et électriques. Ce potentiel SUV compact Alfa Romeo est ainsi produit sur la même plateforme que celle du Renegade hybride rechargeable, prévu en 2020. C’est aussi sur cette même plateforme que sera fabriqué le prochain Jeep Compass. Sans compter que l’usine de Miorafiori, à Turin, sera la première à accueillir la plateforme 100 % électrique dont bénéficiera la Fiat 500, mais qui pourra aussi servir à d’autres modèles.

 

La recherche de synergies a d’ailleurs été clairement affichée par Mike Manley lors de cette réunion. Ainsi, "des investissements supplémentaires dans nos marques Jeep, Alfa Romeo et Fiat permettront de tirer parti des capacités de production existantes, d’améliorer les économies d’échelle et l’efficacité des approvisionnements résultant de l’utilisation d’une architecture commune et du même système de propulsion hybride électrique rechargeable. Et ce, en préservant les caractéristiques propres à chaque marque". Pour réaliser ces projets en Italie, le groupe FCA prévoit de débloquer une enveloppe de 5 milliards d’euros, qui intègre également le budget pour la formation des équipes, mais aussi pour la mise en place d'un nouveau modèle à Termoli pour la production de versions hybrides turbo ou atmosphériques du moteur essence FireFly de 1.0 et 1.3 l dont profte déjà la Fiat 500X restylée.

 

Des ventes en chute

 

En Europe, les ventes du groupe FCA se sont inscrites à la baisse sur les dix premiers mois de l’année, à près de -2 %, sur un marché global pourtant en hausse de 1,6 %. Le groupe a ainsi écoulé 875 000 VP contre 892 000 à la même période de l’année précédente, soit une part de marché de 6,7 %, en recul de 0,3 point. La faute notamment à Fiat, dont la gamme vieillissante ne permet plus de bonnes performances. Seule l’iconique 500, sa déclinaison X ainsi que l’utilitaire Ducato permettent aujourd’hui d’entretenir une dynamique essoufflée sur les autres modèles de la gamme.

 

Jeep s’en sort un peu mieux avec de bonnes performances du côté du nouveau Wrangler, mais surtout du Renegade, tandis que, chez Alfa Romeo, seul le Stelvio parvient à enregistrer une croissance. Lancia a vu les ventes de son Ypsilon ralentir, tandis que chez Maserati, le Levante ne rencontre pas le succès escompté, même s’il est logiquement devenu le premier modèle vendu par la marque de luxe.

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

cross-circle