S'abonner
Constructeurs

Et Peugeot créa le football professionnel

Publié le 19 novembre 2004

Par Alexandre Guillet
8 min de lecture
Peugeot peut se vanter d'être, avec son motoriste Daimler, la seule marque survivante des toutes premières courses automobiles au monde, qui remontent à cent vingt ans. Mais combien connaissent l'autre titre de gloire de Peugeot dans l'histoire sportive, qui est d'avoir créé le football professionnel...
...en France ? L'histoire se passe à la fin des années vingt, alors que le professionnalisme est encore prohibé. Deux cadres de l'atelier d'emboutissage de l'usine Peugeot deviennent président et entraîneur-joueur d'un club qui vient d'être créé, le Football-Club de Sochaux, au maillot jaune et bleu. L'équipe première démarre du plus bas échelon des championnats amateurs, celui du district, mais gagne tous ses matchs et va jusqu'à battre le double champion de France corporatiste, Dunlop Sport, par trois buts à deux. Jean-Pierre Peugeot, alors à la tête de la société, décide de s'y intéresser pour construire une grande équipe à Sochaux. Le prolongement sportif du paternalisme ambiant Est-ce possible ? Au Salon de Paris 1929, il confie une mission d'enquête à un inspecteur commercial de Bordeaux. Sa réponse est positive. L'inspecteur est nommé secrétaire général et structure le club. Jean-Pierre Peugeot fait venir à Sochaux une brassée d'internationaux. Le professionnalisme est interdit mais déjà largement pratiqué, sous la table. Jean-Pierre Peugeot ne se satisfait pas de cet amateurisme marron. Il a un triple objectif : faire de la publicité pour sa marque et pour sa région, mais aussi offrir des distractions à ses ouvriers. C'est le prolongement sportif du paternalisme ambiant qui veut que les ouvriers de Peugeot soient logés dans des cités-jardins ou des hôtels-restaurants pour célibataires Peugeot, fassent leur course dans les commerces Peugeot, les "Ravitaillements de Sochaux" (1), envoient leurs garçons dans la troupe des éclaireurs unionistes, présidée par "monsieur Jean-Pierre", leurs filles à l'école ménagère Peugeot, les uns et les autres aux colonies de vacances de la société. Le club sportif complète le club de pêche, la société de jardinage, la bibliothèque-cinéma-restaurant et l'orphéon. La première consigne qu'il donnera à son entraîneur de l'équipe de football[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle