S'abonner
Constructeurs

Dominique Serra : Gazelle au cœur de lionne

Publié le 3 septembre 2004

Par Tanguy Merrien
9 min de lecture
Têtue, tenace, Dominique Serra n'entreprend rien sans aller au bout des choses. Le Rallye Aïcha des Gazelles est né de cette philosophie de vie. Dominique a dû se battre pour imposer son événement aux plus récalcitrants et faire du rallye-raid une activité féminine à une époque où elle n'était...
...que masculine. Dominique Serra est une femme un brin "chieuse", ne supportant pas d'être mal coiffée, maman poule et enthousiaste à l'idée d'ajouter un nouvel accessoire "au nombre incroyable de godasses, de sacs et de paires de lunettes" qui s'entassent déjà dans ses placards. Aiguisant ses mots comme on aiguise une lame, rejetant avec force tous ces clichés qui ont été son lot quotidien pendant plus de dix ans, dénonçant à demi-mot le boycott de la presse à l'égard de son événement, l'instigatrice et organisatrice du Rallye Aïcha des Gazelles raconte, en rose et noir, comment elle a su imposer son "bébé", envers et contre tous. Car le pari d'un rallye-raid 4x4 typiquement féminin était loin d'être gagné. L'histoire débute en 1990, période à laquelle rallye rime avec vitesse, automobiles, ensablement, efforts de titans, bref, un sport d'hommes, strictement, dont la difficulté est véhiculée par un "Paris-Dakar" très médiatisé. Le Dakar justement… C'est à l'occasion d'une présentation du fameux rallye que Dominique Serra constate qu'aucune femme - "sauf les quelques exceptions, habillées en tailleur, présentes dans la salle" - ne participe à la compétition. Dominique Serra a alors un rêve : partir d'une opération de communication pour mettre en valeur les femmes et montrer, une bonne fois pour toutes, de quoi elles sont capables. "Il ne s'agissait pas et il ne s'agit toujours pas d'ailleurs, de comparer les femmes aux hommes. Nous voulions surtout montrer que les femmes n'ont pas le même comportement au volant, mais qu'elles n'en ont pas moins de mérite." Un bref silence, puis : "De toute façon, si j'avais créé une épreuve mixte, les médias n'auraient parlé que des hommes, jamais des femmes." En 1990 donc, l'idée germe puis se développe dans un contexte où l'automobile et la femme sont deux vocables totalement antinomiques ! Un écueil que Dominique Serra et son[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle