S'abonner
Constructeurs

Constructeurs/FIA : le ton monte

Publié le 27 mai 2005

Par Marc David
2 min de lecture
En regard de l'affaire BAR-Honda, les constructeurs viennent de s'unir pour renforcer leurs positions face à la FIA. BMW, DaimlerChrysler (Mercedes), Honda, Renault et Toyota ont annoncé leur association (officialisée en marge du GP d'Espagne), afin de mieux contrecarrer le pouvoir...

...de la FIA, qu'ils jugent trop important. "L'un des objectifs des constructeurs est d'avoir une interprétation définitive des règlements grâce à une procédure d'appel indépendante, facilement accessible et rapide, administrée par un organisme reconnu internationalement", précise le communiqué des constructeurs, faisant référence au tribunal arbitral du sport (TAS). En vérité, les cinq grands constructeurs, qui ont refusé de se rendre aux dernières réunions organisées par la FIA (et auxquelles ont participé Ferrari, Red Bull et Jordan) pour élaborer les futurs règlements, comptent sortir de l'influence de la FIA en cas de litige, en ayant notamment un recours possible auprès d'une juridiction sportive internationale indépendante, "comme dans tous les autres grands sports". Une manière comme une autre de mettre en doute l'indépendance du Tribunal international d'appel de la FIA qui a sanctionné l'écurie BAR-Honda accusée de tricherie par cette même FIA (en gros, le fait d'exploiter un réservoir d'essence "à tiroir" lui aurait permis de faire courir une monoplace sous le poids fatidique des 600 kg) au Grand Prix de Saint-Marin le 24 avril dernier. Faut-il rappeler que l'écurie anglo-japonaise, qui continue à nier toute tricherie, a été disqualifiée de cette course et exclue des deux suivantes, c'est-à-dire à Barcelone et à Monaco… Avec en sus une suspension de six mois avec sursis à partir de Monaco. Hormis cet aspect assez préjudiciable à l'image de la discipline, il faut savoir également que les cinq constructeurs en question, ainsi que la majorité des écuries, à l'exception notable de Ferrari, ont engagé un bras de fer avec la FIA sur les futurs règlements de la F1 et avec le patron de la F1, l'Anglais Bernie Ecclestone, sur le futur partage des retombées financières. De quoi faire sortir de ses gongs la FIA. Par le biais d'un communiqué, elle rappelle que "les constructeurs sont venus en F1 avec leurs propres raisons. Ils n'ont pas été invités, ils se sont invités tout seuls. Chacun d'eux a accepté les règles et les structures de ce sport". Par ailleurs, elle ajoute que "des déclarations attribuées aux dirigeants de BAR-Honda font actuellement l'objet d'une enquête, dans la mesure où les équipes sont tenues de ne rien faire de préjudiciable à l'image et à la dignité de la F1". Emballer c'est pesé…

M.D.

Voir aussi :

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle