S'abonner
Constructeurs

Concept-car Volvo : dessein de femmes

Publié le 3 septembre 2004

Par Alexandre Guillet
7 min de lecture
Ceux qui s'attendaient à voir la voiture de Barbie en seront pour leurs frais ! Le YCC, concept-car de Volvo conçu par une équipe exclusivement féminine pour répondre aux attentes d'une clientèle féminine, se révèle plus universel que les machos auraient pu le prévoir. Son look sportif et...
Ceux qui s'attendaient à voir la voiture de Barbie en seront pour leurs frais ! Le YCC, concept-car de Volvo conçu par une équipe exclusivement féminine pour répondre aux attentes d'une clientèle féminine, se révèle plus universel que les machos auraient pu le prévoir. Son look sportif et...

...ses idées pratiques semblent transcender les genres et pourraient se retrouver sur de futurs modèles de la marque.  


Qui joue aux petites voitures dans les cours de récréation ? Les garçons. Qui passe son temps à dessiner des roadsters futuristes en rêvassant pendant les leçons d'histoire-géo ? Les garçons. Qui s'enthousiasme pour la Batmobile de Batman ou pour l'Aston Martin remplie de gadgets de James Bond ? Les garçons, toujours les garçons. Et lorsqu'ils deviennent des hommes, c'est tout naturellement à eux qu'incombe la lourde tâche de concevoir de nouveaux modèles de voitures. CQFD. Cette démonstration, qui pendant longtemps est demeurée inattaquable, commence toutefois à craqueler de toute part : les femmes investissent progressivement le monde masculin de l'automobile et y apportent un sang neuf rafraîchissant. Volvo, ou plutôt quelques cadres féminins de la marque suédoise, vient même de porter le coup de grâce à cette idée reçue en imaginant un concept-car entièrement réalisé par une équipe de femmes. Baptisé YCC, pour Your Concept Car, ce véhicule n'est ni une voiture "de fille", ni une voiture de "garçon manqué", mais une voiture haut de gamme dont les appâts pourraient séduire aussi bien les acheteuses que les acheteurs.

 Un concept haut de gamme répondant aux attentes d'une clientèle féminine 

Neuf femmes aux compétences variées ont fomenté la révolte et ont décidé qu'elles pouvaient faire aussi bien, voire mieux, que les hommes. "Nous nous sommes dit qu'avec cette voiture, si nous satisfaisions les attentes des femmes, nous dépasserions les attentes des hommes", lance, malicieusement, Tatiana Butovitsch Temm, la responsable communication du projet, "c'est devenu comme un mantra pour ce projet !" En fait, l'idée de ce concept-car a germé dans l'esprit de quelques représentantes de Volvo juste après un séminaire interne pendant lequel un cadre avait souligné l'importance de prendre en considération la clientèle féminine de la marque. "C'est à partir de là que nous nous sommes demandé ce que serait une voiture entièrement conçue par des femmes", explique Tatiana Butovitsch Temm. Dont acte. Elles ont proposé l'idée à Hans-Olov Olsson, le P-dg de Volvo Car Corporation, qui, séduit, leur a demandé de faire une étude préliminaire. Celle-ci l'a visiblement convaincu puisque, en décembre 2002, il a donné son feu vert et une enveloppe budgétaire pour la réalisation du concept-car. Quatorze mois plus tard, les cinq chefs de projet, les trois designers et la responsable communication présentaient YCC, un véhicule aux allures de petite sportive, rompant avec les traditionnels clichés sur les voitures et les femmes. "Si on avait demandé à une équipe d'hommes de créer une voiture pour les femmes, je suis sûre qu'elle aurait concentré les stéréotypes féminins : elle aurait été mignonne, adaptée aux bébés, et cela aurait certainement été un monospace", souligne Tatiana Butovitsch Temm, non sans une pointe d'ironie. En l'occurrence, rien de tout cela. Faisant fi des lieux communs, l'équipe du YCC s'est appuyée sur les requêtes des clientes de Volvo pour y apporter des réponses concrètes. Facile à garer, bonne visibilité, manœuvrable, accessibilité aisée, moteur silencieux, intérieur pratique avec de nombreux rangements, entretien simple et sans souci, le tout dans un design "musclé, mais élégant", telles étaient les grandes lignes composant l'architecture du projet. 






Les neuf femmes du YCC 
Camilla Palmertz, responsable projet
Eva-Lisa Andersson, responsable projet
Elna Holmberg, responsable projet technique 
Lena Ekelund, responsable adjoint projet technique 
Anna Rosén, designer extérieur 
Cynthia Charwick, designer intérieur 
Maria Uggla, designer couleur et matières 
Maria Widell Christiansen, responsable du design 
Tatiana Butovitsch Temm, responsable communication.



Confort, praticité et design  sportif caractérisent le YCC

Au final, le YCC combine l'allure d'un roadster avec la praticité d'une berline. Le capot avant plongeant et le grand pare-brise arrière assurent une bonne visibilité, tandis qu'à l'intérieur, un système baptisé Ergovision configure la position optimale du siège en fonction des mensurations du conducteur. Celles-ci sont en fait inscrites directement dans une clef personnalisée qui permet au véhicule d'ajuster le siège, le volant et le pédalier en fonction de la corpulence du conducteur. Des portes papillons qui s'ouvrent lorsque l'on arrive à proximité de la voiture facilitent l'accès dans l'habitacle. De plus, le marchepied s'abaisse en même temps, ce qui évite non seulement de devoir enjamber le pas de la porte, mais aussi de salir le bas des vêtements par temps de pluie. A l'intérieur, c'est le rangement et la praticité qui priment. Les sièges arrière sont repliés à la façon des sièges de cinéma, pour pouvoir facilement déposer des sacs sur le plancher plat. Le traditionnel frein à main a été remplacé par un frein de parking électronique et les changements de vitesses se font au volant, ce qui a permis de libérer l'espace entre les sièges avant et d'y mettre une console centrale à tiroirs. Le premier permet de ranger de petits ustensiles (téléphone portable, PDA, etc.), le deuxième, plus profond, des articles plus volumineux et le troisième peut accueillir, par exemple, un compartiment réfrigéré. L'ambiance de l'habitacle est douce et spacieuse, les lignes sont épurées à la manière du design scandinave. Les couleurs pâles dominent, mais peuvent être rehaussées à volonté par des garnitures de siège et des tapis de sol interchangeables. Celles-ci sont en effet simplement aimantées sur les sièges et peuvent donc se remplacer en un tour de main. Une gamme de 8 coloris de sièges et de tapis de sol assortis a été définie, du cuir marron au tissu rouge vif, en passant par des teintes pastel ou, clin d'œil typiquement féminin, par des motifs fleuris.
Une fois installé au volant, le confort de conduite prime. Le YCC est conçu pour accueillir un moteur 5 cylindres de 215 chevaux, associé à un alterno-démarreur intégré dont la fonction "start& stop" permet de réduire les émissions polluantes. La boîte 6 vitesses fonctionne en mode automatique ou robotisé avec le passage des vitesses au volant. Pour se garer, un système d'aide au stationnement indique au conducteur si la place qu'il a choisie est suffisamment grande pour le véhicule et, si tel est le cas, le système aide à faire le créneau en commandant la direction, le conducteur actionnant quant à lui l'accélérateur et le frein. Mutine, Camilla Palmertz, responsable projet, remarque que "c'est une fonction qui est très appréciée par les hommes aussi, même s'ils ne l'avouent pas toujours !" Après avoir mené un sondage, elle a en effet constaté que 50 % des femmes interrogées reconnaissaient avoir parfois des problèmes à se garer, tandis que, du côté des hommes, seulement 2 % l'admettaient. Or, une fois les tests grandeur nature effectués, les proportions s'équilibraient et 50 % des femmes et des hommes connaissaient des difficultés avec les créneaux. Encore une preuve, selon les neuf responsables du YCC, qu'en matière d'automobile, les attentes des femmes rejoignent souvent celles des hommes. 

"50 % de nos clients  sont des clientes"

Même si la communication autour du YCC insiste beaucoup sur l'aspect symbolique du véhicule entièrement conçu par des femmes, le projet n'a pour autant rien de la simple étude de style vouée à finir ses jours au fond d'un tiroir. Ce concept-car se justifie également par des motifs commerciaux. "Nous nous trouvons dans une industrie très dominée par les hommes", admet Maria Stenström, directrice générale de Volvo Automobiles France, qui ajoute : "Mais nous nous sommes aperçus que, dans le segment haut de gamme, 50 % de nos clients étaient des clientes." Une dimension que le service marketing de la marque suédoise ne pouvait pas laisser de côté. Il devenait nécessaire, au contraire, de satisfaire une clientèle de femmes au pouvoir d'achat élevé et aux exigences très poussées. Si pour l'instant il ne s'agit que d'un concept, d'une suggestion, certaines des idées émises par les neuf femmes chargées du projet sont susceptibles d'être reprises. "On ne sait pas encore comment cela se traduira sur d'autres véhicules", estime Tatiana Butovitsch Temm, qui conclut toutefois sur une note optimiste, "mais tous les responsables de nouveaux projets Volvo regardent ce concept de près !"


Arnaud Dumas 

Voir aussi :

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle