S'abonner
Constructeurs

Carlos Ghosn redéfinit les objectifs de l’Alliance

Publié le 24 février 2006

Par Alexandre Guillet
6 min de lecture
Et si le plan Ghosn n'avait servi qu'à rassurer les investisseurs et faire oublier les mauvais résultats de 2005 et de 2006 ? Le Plan Ghosn consiste en effet pour l'essentiel à tirer les fruits de l'Alliance, engagée depuis 2001. Le cost killer de Nissan ne devrait tuer personne...
...chez Renault. Un brin amusé par les rumeurs qui ont couru avant son intervention du 9 février, Carlos Ghosn s'est voulu rassurant : "La situation de Renault n'a rien à voir avec celle de Nissan à mon arrivée. Avec 20 milliards de dettes, une utilisation de l'outil de production à 50 %, une marge de 1 %, des employés démoralisés, la restructuration et le recentrage sur de nouveaux produits étaient nécessaires chez Nissan". Le patron de Renault a au contraire salué le "bilan financier sain" du constructeur français et notamment la réduction de son endettement : il ne représente plus que 11, 5 % des fonds propres contre 49,7 % en 2000. Par ailleurs, "l'Alliance a permis de multiplier par 2,5 la marge opérationnelle de Renault-Nissan entre 1999 et 2005". Oui, mais le problème c'est que seul Nissan en a profité, la marge du groupe Renault a pour sa part baissé de 40 % sur la même période passant de 2,2 milliards d'euros à 1,3 milliard en 2005. Et si le résultat net de Renault a été multiplié par 6, entre 1999 et 2005 ce n'est pas grâce aux économies tirées de l'Alliance mais en tant qu'actionnaire à 44,3 % de Nissan, Renault profite de la rentabilité exceptionnelle de son allié : depuis 2001, Nissan contribue chaque année à près de 70 % au résultat[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle