S'abonner
Social

Uber dévoile le salaire de ses chauffeurs

Publié le 11 février 2019

Par Romain Baly
2 min de lecture
Selon la plateforme de VTC américaine, ses chauffeurs français perçoivent 9,15 euros de l'heure, soit un salaire mensuel de 1 617 euros pour 45 heures de travail hebdomadaire.
28 000 chauffeurs travaillent pour Uber dans l'Hexagone.

 

Une fois n'est pas coutume, Uber lève le voile sur les revenus de ses chauffeurs tricolores. Un sujet sensible sur lequel la plateforme américaine n'avait jamais vraiment communiqué. Comme le révèle EureCab, comparateur de prix pour les taxis et les VTC, Uber a publié les statistiques de rémunération pour ses 28 000 conducteurs français. Ces derniers perçoivent ainsi 9,15 euros de l'heure, soit un salaire mensuel de 1 617 euros net, pour 45 heures de connexion par semaine.

 

"La pression est très forte sur Uber"

 

Dans le détail, Uber note que le chiffre d’affaires médian horaire de ses chauffeurs s'élève à 24,81 euros. Une somme à laquelle il convient d'enlever la commission due à la plateforme (25 %), les frais de service, la TVA et les cotisations sociales. Toutefois, comme le note EureCab, il ne s'agit là que de valeurs médianes. Impossible donc de connaitre le gap entre ceux percevant les meilleurs et les moins bons salaires.

 

Si l'initiative d'Uber est salvatrice, celle-ci pose néanmoins question. Pourquoi ce besoin de transparence ? "La pression est très forte sur Uber, dont le mode de fonctionnement avec ses chauffeurs pose question. Sont-ils toujours indépendants ? s'interroge Théodore Monzies, cofondateur d'EureCab. En publiant ces chiffres, la plateforme prend tout le monde à contrepied et dit : voyez ce que gagnent nos chauffeurs, ils ont des revenus corrects, nous ne les exploitons pas".

 

Une rémunération dans la moyenne

 

Et alors qu'Eurecab travaille également avec SnapCar, LeCab, Chauffeur Privé (devenu Kapten, ndlr), Marcel et plus de 400 VTC indépendants, le modèle de rémunération d'Uber s'inscrit-il dans la moyenne du marché ? "Oui, car les niveaux de prix des courses sont quasiment égaux d'une plateforme à une autre, note Théodore Monzies. Ce qui diffère, c'est la commission. Chez Uber, elle s'élève à 25 % contre 20 % chez Chauffeur Privé ou encore 15 % chez Taxify. Une différence que la société justifie par une communauté d'utilisateurs plus importante et donc par un potentiel de courses lui aussi plus important".

 

En conclusion, le dirigeant voit plutôt d'un bon œil cette démarche : "Sur le plan social, c'est très habile. Et puis cette initiative a aussi le mérite d'étayer le débat avec des chiffres qui nous paraissent cohérents. C'est une première qui est salutaire".

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle