S'abonner
Social

Le télétravail a considérablement changé la vie des Franciliens

Publié le 6 février 2023

Par Romain Baly
3 min de lecture
Selon une enquête du Forum Vies Mobiles, groupe de réflexion soutenu par la SNCF, 46 % des actifs d'Ile-de-France travaillent à distance de manière régulière. Depuis le début de la crise sanitaire, un télétravailleur sur cinq a déménagé et 16 % de la population concernée a même choisi de quitter la région.
télétravail
Environ 2,5 millions d'actifs franciliens travaillent désormais régulièrement à distance. ©AdobeStock-BullRun

Réalisée en décembre 2022 auprès d'un échantillon âgé de 18 à 64 ans représentatif de la population française, la dernière enquête du Forum Vies Mobiles offre un nouvel éclairage sur la question du télétravail. Notamment en Ile-de-France, région qui concentre environ 10 % du panel interrogé par le groupe de réflexion de la mobilité soutenu par SNCF.

 

A lire aussi : Télétravail : la France en retard sur ses voisins européens

 

Le premier enseignement de cette étude montre une stabilisation à un niveau élevé de la pratique du télétravail dans cette zone de la France. Et ce malgré la fin progressive de la crise sanitaire. Aujourd'hui, Forum Vies Mobiles note que 46 % des actifs franciliens travaillent à distance "de manière régulière", soit environ 2,5 millions de personnes concernées. 71 % de ce total se rendent désormais sur leur lieu de travail trois fois par semaine et passent donc ainsi plus temps chez eux qu'à leur bureau.

 

Direction le Sud !

 

Autre item très important, l'organisation de la vie en Ile-de-France a profondément évolué. 20 % des télétravailleurs franciliens ont déménagé depuis début 2020 tandis que, sur ce total, 16 % des personnes interrogées ont même quitté la région (soit environ 3 % de l’ensemble des télétravailleurs). 43 % du panel ayant déménagé auraient eu un projet différent sans l'apport du travail à distance et 20 % de l'auraient pas du tout concrétisé.

 

Si deux tiers du panel concerné ont pris la direction de la moitié sud de l'Hexagone (Bretagne, Pays de la Loire, Nouvelle Aquitaine, Occitanie, Provence Alpes Côte d’Azur), les motivations de l'ensemble se rejoignent. Avoir un espace extérieur (91 %), un cadre de vie plus calme (90 %), un logement plus grand (89 %) ou un cadre de vie plus proche de la nature (88 %) constituent les principales raisons. Nonobstant ce dernier motif, les petites villes ou villages ne s'avèrent être que le deuxième lieu le plus attractif (32 %), les villes moyennes pointant devant (40 %).

 

Le phénomène télétravail et migration devrait s'accentuer

 

Fort de ce mouvement, il n'est ainsi plus rare de vivre loin de son lieu de travail. La mobilité des actifs a pris une nouvelle dimensions et, aujourd'hui, près d'un télétravailleur sur cinq dort désormais en dehors de chez lui les jours où il se rend au bureau. La proportion est même encore plus élevée (un sur deux) parmi les personnes habitant hors de l'Ile-de-France.

 

A lire aussi : La Covid-19 a redéfini la carte de France du travail

 

Selon le Forum Vies Mobiles, la tendance pourrait encore s'accentuer dans les cinq prochaines années. 39 % des travailleurs à distance franciliens expriment un désir de déménagement et 53 % aimeraient le concrétiser en province. Comme le note le think tank, cela représenterait "plus de 500 000 foyers composés en moyenne de 2,4 personnes, soit un potentiel total de 1,2 million de personnes qui pourraient quitter la région d’ici cinq ans".

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Pour vous tenir informés de toute l'actualité automobile, abonnez-vous à nos newsletters.
Inscription aux Newsletters
cross-circle