S'abonner
Social

Le GNFA entame une vaste restructuration de son organisation

Publié le 20 octobre 2020

Par Catherine Leroy
5 min de lecture
Fortement impacté par la réforme de la formation professionnelle et la crise du coronavirus, le GNFA est obligé d'engager une importante restructuration. Virginie de Pierrepont, présidente du GNFA, nous présente cette réorganisation et le plan de sauvegarde de l'emploi envisagé.
Confronté à une baisse drastique de son activité, le GNFA a enclenché un plan de sauvegarde de l'emploi.

 


Avec un chiffre d'affaires divisé par deux en l'espace d'un an, le GNFA, principal organisme de formation de la branche des services automobiles, n'a plus d'autres choix que d'entamer une mutation profonde avec une réorganisation interne et la refonte de son offre de services pour ses entreprises clientes.

 

La crise du coronavirus est venue aggraver une situation rendue délicate par la réforme de la formation professionnelle, qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2019. "En mars 2020, nous avons connu un arrêt brutal de notre activité. Mais contrairement à d’autres secteurs ou d’autres activités, les formations n’ont réellement repris qu’à partir du 15 septembre 2020. Ce qui fait près de six mois pendant lesquels, nous n’avons pu enregistrer de chiffre d’affaires. En 2019, nous avions réalisé près de 56 millions d’euros de chiffres d’affaires et nos prévisions de budget tablaient sur 53 millions d’euros au titre de 2020. Au final, l’année 2020 se soldera avec 28,5 millions d’euros de chiffres d’affaires", nous explique Virginie de Pierrepont, présidente du GNFA.

 

Pour passer ce cap plus que difficile, un PGE a été sollicité (mais la Société Générale, banque du GNFA, n’a pas encore apporté de réponse), la demande d’activité partielle pour une partie des salariés a été prolongée jusqu’au 24 décembre 2020 et toutes les charges réduites au maximum.

 

Fermeture de 4 agences et de 3 centres en région

 

Mais toutes ces solutions ne suffiront visiblement pas au GNFA pour redresser la barre. Alors que les négociations ont débuté avec les organisations syndicales, le GNFA annonce en effet la fermeture de 4 agences (Clermont-Ferrand, Le Mesnil-Esnard, Saint-Benoît, Besançon et Brive-la-Gaillarde) et de 3 centres de formations décentralisés (Besançon, Le Mesnil-Esnard et Brive-la-Gaillarde), afin de limiter les coûts de structure. Ces fermetures se solderont par des suppressions de postes. 

 

De même, le catalogue des offres de formation, aujourd’hui pléthorique, doit également être revu et 3 domaines jugés non rentables disparaîtront des offres : la gestion d’entreprises, la bureautique, et la maintenance du véhicule industriel qui nécessite des investissements trop élevés par rapport aux retombées. Enfin l’intégralité de l’offre sera revue avec les formations à distance. 

 

Mais au-delà de la crise du coronavirus, c’est aussi toute la stratégie du GNFA qui a été repensée pour traverser cette crise qui malheureusement n‘est pas que conjoncturelle. Si, en effet, la crise du coronavirus a mis un coup d’arrêt violent à l'organisme, la réforme de la formation professionnelle qui est entrée en vigueur avait déjà ébranlé l’organisme qui délivre environ 95 % des formations de la branche des services de l’automobile.

 

Cette réforme, rappelons-nous, a déjà limité les opérateurs de collecte des fonds de la formation et toutes les règles de financement des actions de formation. "Cette réforme est née d’une intention louable", poursuit Virginie de Pierrepont, "celle de remettre à plat un système qui pouvait sembler opaque. Mais dans l’automobile, la branche collecte et formation a été toujours été jugée comme vertueuse." Avant la réforme et de manière schématique, les CFA (Centre de Formation des Apprentis) géraient la formation initiale et le GNFA, la formation continue des salariés de la branche.

 

Les CFA, nouveaux acteurs de la formation continue

 

Mais la réforme bouleverse les frontières entre les deux mondes et prévoit notamment que n’importe quelle entreprise ou organisme peut désormais créer un CFA, comme Renault vient notamment de le faire. De leurs côtés, les CFA peuvent mettre un pied dans l’univers de la formation continue. Auparavant : gérer des bacs professionnels se traduisait pour un CFA par l’obtention d’une subvention. Aujourd’hui, cela signifie une rémunération du CFA par bac pro. Résultats : plus les CFA comptent de bacheliers professionnels, plus ils génèrent de chiffre d’affaires avec, en prime, la possibilité de faire de la formation continue.

 

Cette première partie de la réforme s’est accompagnée également d’une modification de la collecte. L’Etat ayant voulu réduire le nombre d’organismes collecteurs, faisant passer l’Anfa en un Opco Mobilité, qui regroupe la branche des transports (y compris la RATP), sauf l’aérien. Si les organismes collectaient les taxes des entreprises pour leur permettre de financer leur formation, la réforme est également venue bouleverser ce circuit. Désormais, les Opco reversent les sommes collectées à France Compétence, une structure créée par l’Etat pour récupérer les milliards d’euros de la formation professionnelle et dispatcher ensuite les ressources. Sauf que France Compétences doit également financer la formation des demandeurs d’emploi. Un objectif déjà crucial avant 2019 mais qui prend une autre ampleur depuis la crise sanitaire et la croissance des plans sociaux. Les fonds des Opco, y compris Mobilité, devraient donc également s’afficher en baisse pour 2021.

 

Adresser les clients différemment, revoir l'organisation commerciale, restructurer pour optimiser son agilité : c'est l'intégralité du GNFA qui doit être repensée et dimensionnée pour que l'association puisse fonctionner comme une entreprise commerciale et surtout avec un niveau de chiffre d'affaires de 42 millions d'euros de chiffres d'affaires. "Avec ce volume d'activité, nos charges, élevées, ne passent pas. Or, elles sont faites d'au moins 50 % de coûts salariaux et de loyers de nos structures en région, d'où la nécessité d'agir vite", conclut La président du GNFA.

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle