S'abonner
Services

Vulog engrange des projets pour 2021

Publié le 18 décembre 2020

Par Gredy Raffin
3 min de lecture
Le fournisseur de solutions technologiques pour les opérateurs de mobilité partagée est parvenu à traverser la crise sans trop de dégâts. Il entame le prochain exercice avec un carnet de commandes sécurisant et l'ambition de découvrir de nouveaux territoires.
Dans sa dernière version, la plateforme de gestion proposée par Vulog intègre tous les cas d'usage et modèles économiques connus à ce jour.

 

Vulog a réussi a passé la tempête 2020 sans perdre le mât. L'opérateur va pourvoir continuer de naviguer l'an prochain, poussé par un vent de projets à travers le monde. La société française spécialisée dans les solutions technologiques pour les opérateurs de mobilité partagée va multiplier les concrétisations dans les mois à venir, dans l'Hexagone comme dans d'autres pays, dont certains feront l'objet d'une première incursion.

 

Dans quelques jours, il est notamment question d'annoncer le renforcement de la flotte de véhicules en libre-accès à Monaco. Exploité par la Smeg (filiale du groupe Engie), le service ajoutera des véhicules électriques à cinq places, au printemps prochain, afin de répondre à la demande. Le modèle exact et le volume d'exemplaires seront communiqués dans quelques semaines. "Plus largement, nous observons une tendance à l'adoption de la Volkswagen ID.3, comme des Renault Zoe et Twizy et de la Citroën Ami, relève une porte-parole de Vulog. Les opérateurs en font des compléments aux engins de micro-mobilité".

 

Les dossiers sont moins nombreux à arriver sur le bureau des commerciaux, mais de qualité bien supérieure car portés par des acteurs de grandes envergures, qu'il s'agisse de constructeurs, de loueurs, d'assureurs ou d'énergéticiens. Certains voulant se positionner sur la délivrance d'une prestation BtoB, alors que les gestionnaires de mobilité sont confrontés au duo télétravail et risque sanitaire qui change les habitudes de déplacement. "La plateforme a profité d'une évolution en juillet dernier qui la rend compatible avec tous les cas d'usage connus, explique encore la porte-parole. Elle est donc exploitable par un périmètre plus large d'entreprises".

 

Incursion au Royaume-Uni

 

Les concessionnaires et autres formes distributeurs font partie des cibles. Le rachat de Drover par Cazoo est particulièrement suivi dès lors qu'il aspire à donner une grande ampleur au modèle économique de la consommation de mobilité par souscription. D'ailleurs, à défaut de pouvoir s'étendre à un plus grand nombre de métropoles en raison de la crise sanitaire, le programme WeShare de Volkswagen (qui arrivera à Hambourg, début 2021) a décidé de densifier son portfolio à Berlin en ajoutant notamment cette solution de voiture par abonnement.

 

2021 marquera aussi l'entrée sur de nouveaux territoires. Vulog a été retenu dans le cadre d'un projet concernant plusieurs centaines de vélos partagés dans une ville iconique de la côte est des Etats-Unis. En Europe, l'entreprise installée sur la Côte d'Azur va découvrir le marché britannique. Le cadre précis de ce déploiement n'a pas encore filtré. En Suisse et en Suède, le voile a été levé sur respectivement un projet de micromobilité dans plusieurs villes avec Enuu et sur un service lancé par un concessionnaire Renault et Volvo dans quatre agglomérations (Rulla).

 

Vulog connait la Scandinavie, d'autant que le fournisseur a rejoint le concept VY, impliquant 250 Renault Zoe, lancé par l'équivalent de la SNCF norvégienne, cette année. "De 2020, il faut aussi retenir la demande croissante de mobilité partagée sur des iles, souligne la porte-parole. Les Bermudes, les Baléares et les Drom-Tom sont des exemples de nouveaux types de contrats pour lesquels nous sommes sollicités et cela est d'autant plus intéressant que la topographie entre en ligne de compte".

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle