S'abonner
Services

Première bougie pour Celt

Publié le 2 juillet 2004

Par Christophe Jaussaud
3 min de lecture
Retour sur la première année d'existence de Celt, une marque de GE Capital Fleet Services née en juillet 2003 de la fin d'un partenariat avec GM. Se décrivant comme partenaire de la distribution automobile, Celt continue de tisser sa toile avec cette dernière.
Retour sur la première année d'existence de Celt, une marque de GE Capital Fleet Services née en juillet 2003 de la fin d'un partenariat avec GM. Se décrivant comme partenaire de la distribution automobile, Celt continue de tisser sa toile avec cette dernière.

Il y a près d'un an, le 18 juillet 2003, GE Capital Fleet Services relançait Celt. En effet, après qu'Opel, partenaire historique, eut dénoncé le contrat liant les deux parties sur la LLD en décembre 2002, GE a décidé de continuer seul et, ainsi, de ne pas perdre son savoir-faire. La raison sociale de la société qui travaillait alors avec Opel, Celt, est ainsi devenue une marque à part entière. Un an après, il est donc intéressant de voir comment Celt s'est affranchi de son ancien associé pour voler de ses propres ailes. Le but de Patrick Ginon, directeur de Celt, était à l'époque de nouer des partenariats avec des groupes de distribution appartenant au Top 100. "Aujourd'hui, nous avons un partenaire faisant partie des 25 premiers groupes français et nous sommes présents, en pilote, dans au moins une concession de nombreux groupes du Top 50, en première ou seconde lecture", confie Patrick Ginon. Le développement de Celt, "ce partenaire de la distribution automobile" comme l'appelle son directeur, donne donc entière satisfaction. "Nous sommes aujourd'hui sur une cadence annuelle de commandes de l'ordre de 1 000 à 1 500, confie-t-il, avant d'ajouter que notre but est d'arriver à 3 000 ou 4 000 véhicules." Il faut rappeler qu'en travaillant avec le réseau Opel, sous le nom d'Opel Renting, le volume annuel de contrats LLD était compris entre 2 000 et 2 500 unités. L'année 2004 devrait donc être une année charnière pour Celt, qui devrait dépasser ce chiffre, notamment en signant de nouveaux partenariats avec de grands groupes, et la forte croissance est attendue pour 2005. Une montée en puissance soutenue, notamment sur le back office, par la maison mère GE Capital Fleet Services. En effet, certaines infrastructures mises en place pour Avis Fleet Services, l'autre marque de GE dans ce domaine, comme le retour et la vente des VO, sont communes aux deux entités du géant américain. Deux marques complémentaires, puisque Celt a pour mission de capter une clientèle de PME et de TPE alors qu'Avis Fleet Services joue dans la cour des grands comptes, tels EDF ou Véolia Environnement.

Les 3/4 de la production se font encore avec des concessions GM

Pour l'heure, les 3/4 de la production de contrats en LLD de Celt se font encore avec des sites GM, mais, selon le directeur de Celt, "le rythme va s'inverser et cette part ne sera bientôt plus que de 1/4". Déjà, des concessions des marques du groupe Volkswagen, mais aussi Renault et Peugeot-Citroën, progressent significativement. Mais Celt, "ce nouveau partenaire des distributeurs", ne va-t-il pas, comme ces derniers d'ailleurs, irriter et s'attirer les foudres des constructeurs et de leurs captives ? "Certes, nous sommes des concurrents des captives, souligne Patrick Ginon, mais les constructeurs ne voient pas d'un mauvais œil un vecteur qui peut développer leurs ventes." D'autant que, selon Patrick Ginon, le rapport de force entre les distributeurs et les constructeurs va encore évoluer suite au nouveau règlement. Selon lui, l'avenir de Celt, qui propose un bon produit, plus lucratif pour les concessionnaires, notamment grâce à une gestion directe de leur marge et au non-retour des véhicules en VO dans leurs entreprises, s'annonce bien. D'autant que les développements de cette marque peuvent être multiples à plus long terme. En effet, si en France Celt se présente comme partenaire de la distribution automobile, en Espagne ou en Italie, il a fait le choix de travailler avec des réseaux bancaires.

Christophe Jaussaud

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle