S'abonner
Services

Mobilians quitte le Cecra pour mener son propre lobbying à Bruxelles

Publié le 20 septembre 2023

Par Catherine Leroy
2 min de lecture
Le syndicat français estime que la filière des services de l'automobile n'est pas assez entendue à Bruxelles. En quittant le Cecra, Mobilians souhaite élargir son action dans l'adoption des textes règlementaires européens et mener sa propre stratégie de lobbying.
Mobilians veut faire du lobbying à la Commission européenne.
En prenant son indépendance, Mobilians souhaite se coordonner avec les syndicats des autres pays européens et peser plus lourd dans la balance décisionnelle européenne. ©adobestock.com

Le constat est sans appel : pour Mobilians, la filière des services de l'automobile n'est pas assez entendue dans les instances européennes à la Commission ou au Parlement. Jusqu'à présent, le syndicat français des services de l'automobile était affilié au Cecra, le syndicat européen représentant les professionnels de la distribution et de la réparation automobile. Force est de constater que cette adhésion n'a pas été suffisamment concluante.

 

"Des discussions entre le Cecra et Mobilians se tenaient depuis plus d’un an, dans le but de définir et de partager un projet robuste et ambitieux pour la promotion des intérêts du secteur à Bruxelles, qui n’ont pas pu aboutir", indique le communiqué de presse. De ce fait, à compter du 31 décembre 2023, Mobilians ne sera plus membre du Cecra. L'organisation, qui représente 336 720 entreprises du commerce et de la réparation automobiles, en Europe, perd donc un adhérent de poids, quelques mois après que les représentants allemands ont décidé d'avancer seuls également.

 

Le prix de l'adhésion, dont le montant est gardé secret, servira donc à renforcer les moyens de Mobilians dans son action en Europe.

 

"Je constate que beaucoup d'acteurs se sont renforcés en matière de lobbying au sein de nos institutions européennes. Nous devons changer nos méthodes de travail, casser le moule et revoir notre stratégie d'influence", nous fait remarquer Xavier Horent, délégué général de Mobilians.

 

Lobbying à Bruxelles et Strasbourg

 

Le syndicat français a mené une étude sur le lobbying à Bruxelles, en matière d'automobile, qui a mis en lumière la croissance très importante des "moyens intellectuels et financiers développés par les groupes de pression extérieurs à l'automobile".

 

Par ailleurs, Mobilians souhaite travailler dans une logique bilatérale forte, que ce soit avec ses homologues allemands, espagnols, italiens ou encore belges. "Il s'agit également de porter une voix française, être plus percutants, le tout dans une logique de résultats", affirme Xavier Horent.

 

L'organisation syndicale va se concerter avec l'ensemble des groupements de concessionnaires français pour coordonner ses actions. "Nous cherchons à porter à l'échelle européenne une organisation telle que celle de Mobilians, englobant tous les métiers car les impacts de tous les textes réglementaires sont importants sur l'ensemble de la chaîne de valeur", a-t-il ajouté.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle