S'abonner
Services

Lyft ne fait pas mieux qu'Uber

Publié le 19 janvier 2017

Par Gredy Raffin
2 min de lecture
L'autre grande plateforme américaine de VTC accuse une perte colossale, selon la presse outre-Atlantique. Il se pourrait cependant que la profitabilité soit au rendez-vous l'an prochain.

 

Y a-t-il un problème de modèle économique avec les plateformes de VTC ? Après les révélations concernant Uber, c'est au tour de Lyft de laisser transparaître des faiblesses. Selon nos confrères de The Information, la société aurait accusé une perte de 600 millions de dollars (566 millions d'euros) pour un revenu de 700 millions.

 

Le tableau n'est pas totalement noir, selon les analystes. Le chiffre d'affaires de Lyft a progressé de 250%, en comparaison avec 2015, notamment grâce à une augmentation du nombre de courses, qui ont triplé, à 160 millions. Dans le même temps, la perte accusée sur chaque course a été divisée par deux. Elle est en effet passée de 7,77 dollars à 3,75 dollars, souligne Le Monde, s'appuyant aussi sur des documents de Bloomberg.

 

Lyft pourrait enfin connaître la rentabilité, d'après ses responsables ambitieux. Plusieurs scenarii se profilent à l'horizon. D'abord en réduisant progressivement le montant de la subvention versée par course. Une somme qui contribue à rendre les tarifs des courses attractifs vis-à-vis de la concurrence, tels que les taxis et les autres plateformes de VTC. A ceci s'ajoutent des frais marketing importants. Dans la presse américaine, on peut lire que le groupe a dépensé 91 millions de dollars au premier trimestre, 136 millions au second et 80 millions au dernier trimestre 2016, en majeure partie dans l'acquisition de chauffeurs et d'usagers.

 

Ensuite, ressurgit le spectre de la vente. Les prétendants d'alors s'appelaient Uber, Apple, Alphabet (Google), voire General Motors, l'actionnaire du groupe. Mais il ne devrait rien en être. Lyft est engagée dans une course à la voiture autonome aux côtés du constructeur, depuis janvier 2016, comme Uber l'a entamée à l'automne, avec pour objectif d'arriver aux robots-taxis. Reste à savoir si, dans l'optique de donner plus de volume à son programme de mobilité, Maven, General Motors ne trouvera pas d'intérêt à pousser plus en avant l'intégration de Lyft au groupe.

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle