S'abonner
Services

Lenbox satisfait de ses statistiques de financement

Publié le 27 août 2021

Par Gredy Raffin
2 min de lecture
La plateforme de solutions de financement automobile profite à plein de la situation sur le marché de l'occasion. Le bilan semestriel de Lenbox laisse apparaître un volume d'activité déjà supérieur à l'ensemble de l'exercice 2020.
Le paiement fractionné des achats de VO a le vent en poupe.
Le paiement fractionné des achats de VO a le vent en poupe.

La croissance est au rendez-vous chez Lenbox. La plateforme de solutions de financement automobile a réalisé au cours du premier semestre 2021 autant de dossiers que sur l'ensemble de l'année 2020, ont partagé les cofondateurs de la start-up, Yohan Payre et Yassine Tazi, lors d'un entretien accordé au Journal de l'Automobile.

 

La société qui a signé des accords avec 7 organismes bancaires compte désormais 2 000 points de vente rattachés, dont ceux du réseau AutoEasy qui vient de valider la passerelle vers le service de comparaison de proposition de financement d'achat de véhicules d'occasion. "Nous avons l'avantage d'être poussé dans les solutions de gestion d'activité de CK Seven et d'Autocerfa", expliquent les cofondateurs lyonnais.

 

Lire aussi : Le financement automobile toujours porté par la LOA

 

La flambée des prix du VO joue en faveur de Lenbox. La moitié des acheteurs en point de vente cherchent à faire financer tout ou partie du projet par une banque. Avec le périmètre actuel de partenaires, 30 à 40 % des dossiers soumis reçoivent un accord auprès d'un établissement au moins. "Nous travaillons plus facilement maintenant que la preuve a été faite de l'intérêt du service", souligne Yassine Tazi, alors que des cadors tels que CGI, Viaxel et Santander manquent encore à l'appel.

 

La réussite du paiement fractionné

 

En février dernier, Lenbox annonçait un rapprochement avec Floa Bank, dont le système Floa Pay permet de fractionner le montant des achats en 10 fois maximum dans limite de 6 000 euros. Une solution qui rencontre un certain succès, se félicite-t-on à la direction de la plateforme. Après huit mois d'activité, ce sont quelque 1 400 véhicules d'occasion pour un total d'environ 4 millions d'euros de chiffre d'affaires qui ont été financés par ce moyen.

 

En moyenne, les clients ont donc signé pour des véhicules facturés 2 800 euros. "Les revendeurs de VO petits prix, souvent des indépendants qui ont du mal à attirer les banques, en profitent plus que les autres", relèvent les fondateurs de Lenbox. A défaut de pouvoir construire une offre LOA, Lenbox entend miser davantage sur le fractionnement des montants. Une expérience à dupliquer sur des secteurs tels que le deux-roues, l'entretien-réparation ou encore les objets de mobilité qui coûtent de plus en plus cher.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle