S'abonner
Services

Eléphant Bleu fait le bilan

Publié le 1 décembre 2021

Par Marc David
3 min de lecture
Malgré un début d'exercice compliqué, le spécialiste du lavage affiche aujourd'hui une légère progression. L'occasion de faire le bilan d'une riche année 2021 et des projets à venir.
Avec Fabrice Amedeo et Loïs Berrehar, 10e de la catégorie Imoca, Eléphant Bleu a vécu la Transat Jacques Vabre sous le signe de la performance et de la préservation de l’environnement (crédit photo : Jean-Marie Liot/Alea).
Avec Fabrice Amedeo et Loïs Berrehar, 10e de la catégorie Imoca, Eléphant Bleu a vécu la Transat Jacques Vabre sous le signe de la performance et de la préservation de l’environnement (crédit photo : Jean-Marie Liot/Alea).

Légèrement en retard sur ses prévisions jusqu’en juillet 2021, mois synonyme d’une météo maussade, Eléphant Bleu va finalement boucler l’exercice en cours avec une progression sensible par rapport à 2020 et une progression équivalente voire légèrement supérieure à celle de 2019, année de véritable référence. Il faut dire que la météo a joué un rôle avec des périodes propices au lavage comme la pluie de sable en février ou l’arrière-saison/début de l’automne. D’où une progression de 30 % par rapport à 2019 sur août/septembre/octobre. Egalement boosté par l’opération "rentrée des classes" avec une fréquentation portique accrue de 36 % sur ces trois mois, ce résultat positif reflète évidemment l’activité des centres en propre. Mais pas seulement.

 

"Bien que nous ne disposions pas de remontées centralisées sur les chiffres d’affaires des franchisés, ces résultats reflètent globalement les leurs, dans la mesure où les centres en propre sont assez bien répartis sur le territoire, explique Stéphanie Meder, responsable du réseau Eléphant Bleu. Après, bien sûr, quelques écarts peuvent exister en fonction des régions. Une certitude, octobre s’est révélé exceptionnel".

 

Pour ce qui concerne les chiffres du réseau, l’année 2021 aura vu l’arrivée de 12 nouveaux franchisés, la transformation de sept centres concurrents ainsi que quatre créations : Le Boulou et Perpignan (66) par les mêmes franchisés (Sébastien Sicart et Julien Escarihuela, associés) détenteurs de 8 centres depuis leur entrée dans le réseau en 2016, Tonnay (17) et Montauban (82). De quoi atteindre le cap des 460 centres à fin 2021.

 

Une amélioration du parcours client avec le sans contact

 

"L’autre point positif de cette fin d’année est que 2022 s’annonce plutôt bien dans la mesure où nous avons un portefeuille de projets plutôt solide tant du côté des franchisés du réseau actuel que des nouveaux investisseurs, avec déjà certains projets bien avancés", indique Stéphanie Meder. Côté actualités, l’exercice en cours portait sur l’amélioration du parcours client avec l’installation de modules de paiement "carte bleue sans contact" sur les pistes HP et aspirateurs.

 

Dans ce cadre, plus de 50 centres sont déjà équipés ou en cours d’équipement sur le territoire, sachant que la démarche s’adresse aussi bien aux centres existants qu’aux nouveaux centres. Figure aussi le travail initié avec les "ambassadeurs" de l’eau (plan de communication/formation), sachant que le réseau en compte une douzaine. Rappelons également le lancement du deuxième tunnel du réseau à St Clément de Rivière (34), un évènement que nous n’avions pas manqué de relater dans nos colonnes.

 

Enfin, pour la deuxième fois depuis le début du partenariat en 2019, Eléphant Bleu et son réseau ont eu le bonheur de vivre la Transat Jacques Vabre aux côtés de Fabrice Amedeo, engagé en Imoca avec Loïs Berrehar (10e du classement Imoca). Cet événement consacre l’axe directeur de ce partenariat engagé entre le skipper et l’enseigne de lavage automobile sur la préservation de l’eau. Au-delà des performances sportives, Fabrice Amedeo a poursuivi son projet océanographique #OCEANCALLING en embarquant ses capteurs pour la collecte d’échantillons. Ces mesures, de la concentration des microplastiques dans l’eau, du taux de CO2, de la température et de la salinité, sont des données utiles aux chercheurs pour mieux comprendre et lutter contre la pollution.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle