S'abonner
Services

Contrôle technique : le marché confirme sa "résilience"

Publié le 19 janvier 2021

Par Mohamed Aredjal
2 min de lecture
Après un exercice 2020 atypique, Dekra dresse un bilan encourageant de l’activité contrôle technique en France. Malgré la pandémie de coronavirus, le volume de visites périodiques a légèrement progressé au niveau national à 20,4 millions d’unités (+2,17 %).
La filière contrôle technique a compté 6417 centres en 2020 (contre 6369 en 2019).

 

En attendant le rapport officiel de l’Utac-OTC, le réseau Dekra vient livrer le bilan d’activité VL du marché du contrôle technique pour l’année 2020. En dépit de la pandémie et des deux périodes de confinement, les 6 417 centres de CT du territoire national ont réalisé 24,9 millions de contrôles (+0,73 %), dont 20,4 millions de visites périodiques (+2,17 %). Quant au taux de contre-visites, il s’est également maintenu, s’élevant à 21,21 % l’an dernier contre 21,67 % pour 2019.

 

L’activité est donc restée relativement stable grâce à un effet de rattrapage très net à partir de l’été 2020. "Dans notre réseau, nous avons enregistré une forte croissance de juin à octobre, après le premier confinement où le coup d’arrêt a été assez brutal. L’activité s’est maintenue par la suite, y compris pendant le second confinement", confie Karine Bonnet, directrice générale de Dekra Automotive, qui ajoute qu’une partie des retards observés en 2019 a été résorbée.

 

Selon la dirigeante, ces résultats confirment la "résilience" de la profession qui a été relativement épargnée par la pandémie. "Dans notre réseau, nous n’avons constaté aucune défaillance d’entreprise. Nous avons néanmoins accompagné nos centres tout au long de cette période, notamment avec des opérations pour générer du trafic", ajoute-t-elle.

 

Les prix du contrôle technique se maintiennent

 

Si Dekra n’a pas encore eu accès au bilan global, tous acteurs confondus, des principales défaillances soumis à contre-visite, l’enseigne a toutefois dévoilé les chiffres issus de son réseau. Résultat : les feux de croisement (hors limites prescrites par les exigences), les pneumatiques (endommagé, usure prononcée ou montage inadapté) et les feux stop (source lumineuse défectueuse ou manquante) sont les trois principales fonctions qui ont motivé ces contre-visites.

 

Notons, enfin, que la crise sanitaire n’a pas eu non plus de conséquences sur les tarifs. Malgré les coûts induits par la multiplication des nouvelles règles sanitaires, les prix pratiqués par les contrôleurs Dekra sont restés globalement stables.  

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle