S'abonner
Services

Bilan positif pour le premier exercice de Heycar en France

Publié le 29 mars 2023

Par Gredy Raffin
4 min de lecture
Plus de 1 800 concessions alimentent désormais la plateforme avec des annonces de voitures d'occasion. Au terme d'un premier exercice d'activité, Mathias Hioco, président de Heycar France, dresse un bilan assez positif de la plateforme détenue par Renault, Mercedes et Volkswagen Group.
utilisateur du service heycar
Les femmes représentent la moitié des utilisateurs du service Heycar, selon la direction nationale. (AdobeStock/contrastwerkstatt)

Après un an d'activité dans l'Hexagone, l'heure est venue pour Heycar de tirer un premier bilan. En regardant dans le rétroviseur, Mathias Hioco, le président de la plateforme tricolore, se dit satisfait. "Nous avons tenu les engagements pris", s'est-il exprimé lors d'un entretien accordé au Journal de l'Automobile.

 

Depuis le lancement officiel en décembre 2021, Heycar a conquis plus de 1 800 points de vente. Des concessionnaires Renault, Mercedes et Volkswagen Group, forcément, mais pas uniquement. La plateforme de diffusion d'annonces de voitures d'occasion issues des réseaux est parvenue à convaincre des opérateurs évoluant dans des environnements extérieurs à ceux des actionnaires de l'entreprise. Des membres du réseau Stellantis notamment.

 

A lire aussi : Les sites des concessionnaires, champions des leads VO

 

Il y avait une échéance majeure. Au terme de la première année, le service devenait payant pour les utilisateurs de l'infomédiaire. Désormais, les concessionnaires doivent, en effet, régler la facture pour les leads transmis. Il importait donc à Heycar de prouver sa valeur au quotidien. Le défi semble avoir été réussi. L'exercice 2023 a commencé avec un taux de rétention de 80 %, selon Mathias Hioco.

 

73 000 véhicules d'occasion à la vente

 

Pour exister sur internet, l'offre doit être conséquente. Heycar coche cette case. A fin mars, l'infomédiaire exclusif aux concessionnaires propose plus 73 000 véhicules d'occasion disponibles à la vente sur tout le territoire. En comparaison, Spoticar, la plateforme de Stellantis pointe à environ 56 500 offres. Loin derrière, Autosphere expose virtuellement 16 200 VO et Aramisauto un peu moins de 2 300. Autohero ne partageant pas ce type d'information sur son interface publique, il est difficile d'estimer le stock.

 

Une force de frappe qui attire le chaland. Par souci de confidentialité aucun chiffre ne filtre sur la fréquentation du site. Mais Mathias Hioco promet de commander prochainement une étude pour connaître davantage les internautes. A priori, le public se divise à parts égales entre les hommes et les femmes. "Nous avons une sur-représentativité des femmes par rapport à nos concurrents", souligne celui qui par le passé a fondé Carizy. Il relève aussi que Heycar touche tous les territoires.

 

Acquisition organique

 

A l'automne dernier, un système de qualification approfondie a été lancé. Il trouve son public grâce à la valeur ajoutée de la prestation. "Nous augmentons de 15 % chaque mois notre nombre de leads, avance Mathias Hioco. Mais notre taux de transformation n'est pas encore à la hauteur de nos concurrents. "

En plus de travailler sur l'acquisition organique, il lui faut donc améliorer la notoriété. Heycar s'y emploie à coups de lourds investissements publicitaires. "Cela demande du temps. Nos concurrents sont en place depuis si longtemps", tient-il à rappeler. Mais convaincre doit se doubler d'une qualité de traitement. Or, Heycar n'est pas encore considéré tel un canal d'approvisionnement de leads prioritaires. Les commerciaux n'ont pas le réflexe comme avec Leboncoin ou Lacentrale par exemple.

 

Un service de trading

 

Cela pourrait le devenir avec les outils associés. Une solution de commerce en ligne a fait son apparition et commence à porter ses fruits. 6 000 des voitures d'occasion en ligne sont actuellement éligibles et depuis fin 2022, près de cent unités ont été achetées à distance depuis Heycar.

 

A ceci s'ajoutera un service de trading. Une interface au moyen de laquelle les internautes pourront faire estimer leur véhicules dans le cadre d'une reprise. Mathias Hioco imagine dans un deuxième temps l'employer pour du rachat cash avec une action de remarketing VO vers les concessionnaires. Une plateforme qui, à terme, aurait les caractéristiques techniques pour ouvrir un canal de vente BtoB entre opérateurs. Un "club" auquel le patron de la filiale croit beaucoup.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle