S'abonner
Industrie

Marelli se désengage de France

Publié le 5 octobre 2023

Par Gredy Raffin
3 min de lecture
L’équipementier automobile prépare la fermeture de deux usines dans l’Hexagone. Elles se situent dans l’Orne et dans l’Yonne. Marelli justifie cette décision par une perte d’exploitation et des conditions de marché dégradées. 300 emplois sont sur la sellette.
Marelli projette deux fermetures d'usine en France
En France, Marelli produit notamment des feux pour l’arrière de modèles haut de gamme. ©Marelli

Coup dur pour les employés du groupe Marelli en France. L'équipementier automobile a annoncé, selon les syndicats et une communication de la direction obtenue par l'AFP, le 4 octobre 2023, la fermeture de deux usines françaises. Il s’agit des sites d’Argentan dans l’Orne et de Saint-Julien-du-Sault dans l’Yonne.

 

Pour la plus grande des deux, celle d’Argentan, la direction de Marelli a annoncé mercredi un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), qui devrait se solder par la fermeture début 2024 du site et le licenciement de ses 167 salariés, selon l'intersyndicale CGT, CFE-CGC, CFDT. Dans l'usine à Saint-Julien-du-Sault, le projet de l’équipementier menace 125 postes.

 

Un site historique du groupe Marelli

 

Comment justifié cette décision catastrophique sur le plan social ? Marelli a expliqué que "ces deux dernières années l'usine n'a travaillé qu'à 30 % de sa capacité". Aussi, l’équipementier "fait état d'une perte d'exploitation significative de plus de 24 millions d'euros entre 2018 et 2022" et a jugé que les "prévisions de marché sont négatives pour les années à venir".

 

Un tel scenario préoccupe les équipes locales depuis longtemps. Déjà en novembre 2021, une grève avait ébranlé cette usine de l'Yonne où sont fabriqués des phares arrière haut de gamme pour voiture.

 

Dans l’Orne, l'intersyndicale a indiqué dans un communiqué qu’"après plusieurs mois de mensonges et de tromperies de la part de la direction du groupe Marelli, la sentence est tombée : l'ouverture d'un PSE avec pour seule perspective, une fermeture définitive début 2024 du site historique Marelli basé à Argentan depuis 1970".

 

Cette ancienne usine Solex produit des boîtiers papillons, qui alimentent en air les moteurs à essence, pour des voitures de nombreuses marques, mais aussi pour des motos BMW, par exemple. L'annonce "n'est que la conclusion d'un processus de délocalisation décidé et engagé par le groupe depuis plusieurs mois", ont regretté la CGT, CFE-CGC et CFDT, qui y voient notamment l'influence de l'actionnaire majoritaire, le fonds américain KKR.

 

Compétitivité démontrée par des audits

 

Pour mémoire, au début de l'année, les salariés avaient fait grève pendant trois semaines, après avoir découvert fin 2022 des éléments leur faisant craindre une délocalisation des activités de l'usine, notamment en Slovaquie.

 

Le mouvement social s'était soldé par un accord avec la direction leur garantissant un an de sursis, où trois autres pistes, dont celle d'un repreneur potentiel, étaient évoquées, a précisé à l'AFP un représentant de l'intersyndicale joint par téléphone.

 

A lire aussi : Bosch réduit la voilure dans son usine de Mondeville

 

"Ces trois pistes sont tombées à l'eau, on a appris en juillet que le repreneur jetait l'éponge", a précisé la même source, "pour autant, on pensait être protégé jusqu'au début 2024, grâce à l'accord". À la fin du PSE, qui devrait "prendre trois mois", "167 salariés se retrouveront sans emploi, face au transfert évoqué de nos lignes de production en Slovaquie", a indiqué le représentant de l'intersyndicale.

 

Le maire d'Argentan, Frédéric Leveillé, a apporté dans un communiqué son "soutien" aux salariés de l'usine, évoquant une "décision funeste" pour les travailleurs et le territoire. "Cette décision est pour nous tous une incompréhension, car deux audits récents commandés (...) ont démontré la compétitivité du site", a-t-il indiqué.

 

Contactés par l'AFP, des représentants de la direction de l'usine n'ont pas réagi mercredi. (avec AFP)

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle