S'abonner
Industrie

Les taux bas favorisent le crédit en entreprise

Publié le 23 avril 2004

Par Alexandre Guillet
4 min de lecture
Le crédit a fait un retour en force dans les entreprises pour financer les parcs automobiles. La LLD est pourtant devenue le mode d'acquisition préféré des PME et devrait poursuivre sa croissance avec les grandes entreprises. Aujourd'hui, 31 % des entreprises possèdent au moins un véhicule...
Le crédit a fait un retour en force dans les entreprises pour financer les parcs automobiles. La LLD est pourtant devenue le mode d'acquisition préféré des PME et devrait poursuivre sa croissance avec les grandes entreprises. Aujourd'hui, 31 % des entreprises possèdent au moins un véhicule...

...d'entreprise (hors IK). L'Observatoire du véhicule d'entreprise (Arval PHH, BNP-Paribas) s'intéresse à cette catégorie d'acteurs. Il réalise depuis l'année dernière un sondage (*) auprès des décisionnaires en matière d'achat automobile. Premier constat : plus des trois quarts d'entre eux pensent que le parc de véhicules de leur entreprise va rester stable dans les trois ans à venir. Les grandes entreprises se distinguent toutefois nettement des TPE et PME : leurs dirigeants ne sont plus que 53 % à tabler sur une stabilité et 37 % d'entre eux envisagent une évolution de leur parc (contre 32 % en 2003).

La LLD devient majoritaire dans les PME-PMI

Dans les TPE et les PME, seuls 15 % et 20 % des décideurs estiment que leur parc va augmenter (soit 3 points de moins qu'en 2003). Cela ne doit toutefois pas faire oublier le potentiel existant dans les PME qui ne possèdent pas encore de véhicule (non interrogées ici). D'une année sur l'autre, le mode d'acquisition principal des véhicules a changé : l'achat comptant, qui arrivait en tête en 2003 (avec 33 % des réponses) est devancé en 2004 par le crédit classique qui fait un bond de 11 points, à 41 % des réponses. Toutefois, cette moyenne ne traduit pas la réalité, très différente selon la taille de l'entreprise. Ainsi, la LLD est le mode d'acquisition principal pour seulement 8 % des sondés, mais elle est majoritaire dans les PME (32 %), alors qu'elle était au coude à coude avec la LOA/crédit-bail un an plus tôt (31 % chacun). Quant aux grandes entreprises, elles sont 78 % à recourir à la LLD comme mode principal d'acquisition.

Quel mode de financement les TPE et les PME souhaitent-elles développer ?

Même au sein d'une catégorie d'entreprises comme les PME-PMI (comptant de 10 à 999 salariés), les choix varient en fonction du secteur d'activité : la LLD y est très nettement majoritaire dans le commerce et les services, alors que la LOA/crédit-bail reprend la tête dans l'industrie et le BTP. L'Observatoire relève que les PME qui favorisent la LLD comptent davantage de salariés que les autres. Dans les TPE (moins de 9 salariés), le crédit et la LOA restent largement plébiscités : 31 % des sondés comptent développer ces deux modes de financement (contre 16 % pour le crédit et 26 % pour la LOA en 2003). La LLD, en revanche, déjà marginale avec 8 % d'utilisateurs, n'intéresse pas les TPE. Peut-être par méconnaissance, souligne l'Observatoire : seules 13 % des TPE n'utilisant pas la LLD déclarent très bien connaître ce mode de financement (contre 18 % pour la LOA). Au sein des PME, ils sont 23 % de non-utilisateurs à déclarer très bien connaître la LLD mais, pour autant, seuls 10 % déclarent vouloir développer ce mode d'acquisition. C'est surtout parmi les 38 % de PME qui ont déjà recours à la LLD que la volonté de poursuivre son utilisation est très affirmée. Dans les grandes entreprises, enfin, la LLD est incontournable : parmi les 84 % qui l'utilisent (souvent combinée à d'autres modes de financement), les trois quarts déclarent vouloir encore la développer.

Quels services les PME attendent-elles ?

Même si elles n'ont pas recours à la LLD, un peu plus de la moitié des TPE et des PME seraient prêtes à souscrire à au moins un service qui lui est généralement associé avec, par ordre de préférence : un véhicule de remplacement, l'assistance, la maintenance et le changement des pneumatiques. Citroën Financement en tête, les captives financières des constructeurs répondent à cette attente de service des petites entreprises en leur proposant des extensions de garantie et surtout des contrats d'entretien associés à des financements autres que la LLD. A la demande d'un véhicule de remplacement, certains constructeurs ont répondu par la création d'enseigne de location au sein des concessions (Opel Rent, Renault Rent). D'autres les proposent en option et les incluent dans les loyers financiers. En 2003, Volkswagen Finance aura ainsi financé davantage de contrats de véhicule de remplacement que de contrats d'entretien (2 164 contre 1 944). La gestion de l'assurance, les cartes carburant et le reporting sur Internet, services qui s'adressent à des parcs importants de véhicules, sont en revanche peu demandés par les PME.

Xavier Champagne

(*)Sondage réalisé par TNS Sofres du 7 au 26 janvier 2004 auprès de 760 décideurs d'entreprises finançant au moins un véhicule (hors IK).





FOCUS

Le moral remonte

A fin janvier 2004, 31 % des chefs d'entreprise pensaient que la situation de l'économie allait s'améliorer, contre 10 % seulement l'année dernière (avec la menace du conflit en Irak). Au sujet de la situation de leur propre entreprise, ils étaient encore plus confiants, puisque 34 % pensaient qu'elle allait s'améliorer, contre tout de même une grosse majorité, 59 %, qui tablait sur une stabilité.

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle