S'abonner
Industrie

La moitié des particules issues du trafic routier en Europe est liée au freinage et aux pneumatiques

Publié le 29 avril 2022

Par Catherine Leroy
3 min de lecture
Les particules émises par les systèmes de freinage, les pneumatiques ou les chaussées sont devenues prépondérantes par rapport à celles issues des pots d'échappement, selon une récente étude de l'Ademe. De fait, l'avantage des véhicules électriques devient assez faible.
Plus de la moitié des particules générées par le trafic routier en Europe ne proviennent pas des émissions à l’échappement.
Plus de la moitié des particules générées par le trafic routier en Europe ne proviennent pas des émissions à l’échappement.

Quel est l'avantage du véhicule électrique sur le sujet des émissions de particules fines ? Assez faible répond l'Ademe dans une étude récente. Alors que les émissions de particules fines à l'échappement ont été drastiquement réduites, notamment avec la généralisation des filtres à particules, celles générées par le freinage, les pneumatiques ou encore la chaussée sont en forte hausse.

 

 

Comme le montre le graphique ci-dessus, la part des émissions de particules hors échappement a été multipliée par 4 entre 1990 et 2019 pour les PM2,5 et les PM10. D’après le Joint Research Centre (JRC) de la Commission européenne, plus de la moitié des particules générées par le trafic routier en Europe ne proviennent pas des émissions à l’échappement. Les sources de ces particules hors échappement sont les freins (16 à 55 % des PM10 selon les conditions de circulation), le contact pneus/chaussée (5 à 30 %) et la remise en suspension des particules (28 à 59 %).

 

Peu d'avantage pour l'électrique

 

Au-delà de ce constat, l'Ademe a réalisé une comparaison des émissions par type de motorisation, thermique d'une part et électrique d'autre part (avec 160 km et 480 km d'autonomie) :

 

 

Au total, les émissions de particules sont un peu plus faibles pour les véhicules électriques. Mais l'écart entre motorisation n'est pas si flagrante. Surtout lorsque l'on compare des véhicules électriques avec une forte autonomie avec un thermique.

 

"Grâce au freinage régénératif les véhicules électriques émettent moins de particules issues du système de freinage que les véhicules à motorisation thermique (respectivement 3 et 25 % des PHE PM10). Néanmoins, leur masse étant supérieure à leur équivalent thermique et ceci est d’autant plus vrai que l’autonomie du véhicule électrique est importante, cela impacte la largeur des pneus et donc augmente les émissions de particules pneus/chaussée (61 et 47 % des PHE PM10) et celles remises en suspension (36 et 28 % des PHE PM10)", indique l'Ademe dans son rapport.

 

Pour autant, et toujours selon l'Ademe, si des études toxicologiques suggèrent les effets néfastes sur la santé d'une proximité aux zones de trafic routier, une meilleure compréhension du risque sanitaire de ces particules reste nécessaire.

 

Quelles évolutions réglementaires ?

 

Seules les émissions de particules liées au freinage devraient être inclues dans la future réglementation Euro 7, toujours en discussions à Bruxelles. En revanche, selon l'Ademe, il est peu probable que les particules issues des pneumatiques connaissent le même traitement.

 

A lire aussi : Pour Michelin, le pneu 100% durable n'a plus rien d'utopique

 

Seule solution évoquée : l'allègement des véhicules chaussés de pneus moins larges, la hausse importante du nombre de véhicules électriques dont le freinage régénératif permet une moindre usure des plaquettes, tout comme l'écoconduite ou la réduction de la vitesse autorisée.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle