S'abonner
Industrie

La France veut être le leader incontournable sur l’hydrogène

Publié le 30 septembre 2021

Par Jean-Baptiste Kapela
3 min de lecture
Bruno Le Maire a réuni le Conseil national de l’hydrogène (CNH) pour dresser le bilan de la stratégie de développement de l’hydrogène décarboné. Le ministre de l’Économie a établi une feuille de route pour que la France devienne le leader de la filière.
Bruno Le Maire, le 30 septembre 2021, à Bercy
Bruno Le Maire, le 30 septembre 2021, à Bercy

"Il faut aller vite", argue Bruno Le Maire, qui a rassemblé à Bercy, les membres du Conseil National de l’Hydrogène (CNH) ce jeudi 30 septembre 2021. L’objectif de cette réunion : réaliser un compte rendu de l’exécution de la stratégie nationale de développement de l’hydrogène décarboné. Le ministre de l’Économie met l’accent sur l’urgence à développer la filière le plus rapidement possible. "Les bascules technologiques se font rapidement et la France prend souvent du retard dans de nombreux domaines", précise-t-il. En parallèle, le ministre appuie avec fermeté son intention de positionner l’Hexagone comme fer de lance de la filière. "La France doit être le leader mondial de l’hydrogène vert. Pas l’un des leaders, mais le leader mondial", affirme-t-il avec fermeté.

 

Pour mener à bien cette ambition, Bruno Le Maire compte s’appuyer les membres du CNH qu’il présente comme "des champions industriels et des leaders mondiaux". Il établit une feuille de route pour les semaines et les mois qui viennent. Ainsi, le ministre souhaite un développement des sites industriels d’électrolyse sur le territoire "afin de donner corps à l’ambition politique et économique sur le sujet". Par ailleurs, Bruno Le Maire souhaite poursuivre et approfondir la recherche pour que la France se positionne comme  pays proposant les meilleures technologies d’électrolyse au monde. "Nous devons aussi appuyer l’émergence d’écosystèmes hydrogènes", explique-t-il. Deux territoires sont évoqués, celui de Belfort et l’axe Seine-Normandie.

 

En dépit d’une rude concurrence, le ministre affiche aussi sa volonté de renforcer la coopération au sein de l’Union européenne. En particulier, avec l’Allemagne. Bruno Le Maire souhaite échanger sur le sujet dès que le nouveau gouvernement fédéral sera en place. "Il faudra reprendre la coopération frontalière au niveau de l’Alsace et éventuellement dans d’autres départements, afin de parvenir à la mutualisation des projets de recherche avec nos voisins", assure-t-il. Bruno Le Maire cite, à titre d’exemple, la coentreprise entre Air Liquide et Siemens. "Il faut poursuivre ces collaborations à marche forcée, pour avancer le plus rapidement possible", exige le ministre.

 

Le gouvernement et les associations en ordre de bataille

 

En matière de moyens alloués, l’Etat a investi plus de sept milliards d’euros dans la filière. Bruno Le Maire précise qu’il s’agit "du plus gros investissement industriel réalisé par le gouvernement". Mais selon le ministre, celui-ci serait vain sans une activité en aval de la part du secteur privé. "Il est fondamental de renforcer les partenariats entre le public et le privé", annonce-t-il. Afin de soutenir la dynamique industrielle, 2 milliards d’euros de subvention seront engagés ou devraient l’être prochainement. Cette somme permettra d’appuyer une centaine de projets d’après le gouvernement. Parallèlement 286 millions d’euros ont déjà été alloués pour le plan hydrogène vert depuis le début d’année. Ce qui correspond à un investissement total de 952 millions d’euros depuis l’annonce de la stratégie le 8 septembre 2020.

 

À lire aussi : L'hydrogène peut-il conquérir la France ?

 

L’objectif initial de 6,5 GW d’électrolyseurs d’ici à 2030 devrait être réalisable selon les études effectuées par France Hydrogène, le Comité stratégique de filière Nouveau Système énergétique et le CNH. D’après ces différentes organisations, les équipements et les infrastructures liés à l’hydrogène sont suffisants pour mener à bien ces objectifs. En revanche, ces associations jugent "déterminant", l’appui de l’État et des collectivités. D’autre part, France Hydrogène, en partenariat avec l’ensemble des fédérations professionnelles, a recensé les "problématiques réglementaires identifiées". Celles-ci sont regroupées en huit thématiques (production, stockage, réseaux, transport, distribution, véhicules, fiscalité et marchés publics) et feront l’objet de groupes de travail spécifiques.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle