S'abonner
Industrie

Des automobilistes trop taxés

Publié le 9 avril 2004

Par Tanguy Merrien
4 min de lecture
C'est désormais chose acquise depuis deux ans, il faut compter environ 4 500 euros de dépenses annuelles pour une Clio neuve essence. Le Diesel (7 324 euros par an) ne devient intéressant qu'à partir de 19 000 km par an. Enfin, si le budget de l'automobiliste semble stagner, les taxes, elles, continuent...
C'est désormais chose acquise depuis deux ans, il faut compter environ 4 500 euros de dépenses annuelles pour une Clio neuve essence. Le Diesel (7 324 euros par an) ne devient intéressant qu'à partir de 19 000 km par an. Enfin, si le budget de l'automobiliste semble stagner, les taxes, elles, continuent...

...de s'accroître.


Quatre véhicules de référence (occasion Renault Clio 1,2 l, Clio II 1,2 l Authentique essence, 307 Hdi 2,0 l et 607 2,2 l Hdi) pour quatre budgets de quatre automobilistes français allant de 2 220 euros à 12 109 euros. Comme les années précédentes, la Fédération française des automobile-clubs (FFAC) a chiffré les dépenses annuelles des automobilistes selon quatre comportements en prenant pour véhicules de référence quatre voitures françaises, les plus représentatives. La FFAC dissèque donc le budget pour chaque automobiliste en sept postes budgétaires différents (achat, frais financiers, assurance, carburant, entretien, garage du véhicule et péage).

L'impôt sur le revenu du pauvre ?

Le poste "achat et reprise" reste toujours le plus important, de 31 % pour la 607 Hdi à 43 % pour la 307 Hdi (32 % pour la Clio d'occasion et 39 % pour la Clio neuve). Viennent ensuite les postes carburant et entretien, aux variations diverses selon le véhicule. L'entretien passe de 13,4 % pour une Clio neuve à 20,66 % pour la 607 Diesel, soit presque autant que la




FOCUS

Chiffres clés

Clio 1,2 l : 11 060 km/an, 4 536 euros

307 Hdi : 19 670 km/an, 7 324 euros

Clio d'occasion (19,6 %), tandis que le poste carburant reste excessivement élevé pour la Clio d'occasion (31,9 %). Celui-ci coûte deux fois plus à l'automobiliste que pour une 307 Hdi (15,3 %). Pas vraiment étonnant. Si l'automobiliste d'une Clio d'occasion réalise des économies sur tous les postes budgétaires par rapport aux autres automobilistes (2 220 euros TTC, soit 50 % d'une Clio neuve pour 1 000 kilomètres en moins), la proportion des taxes s'élève à 65 %. Un "pourcentage considérable", pour reprendre les termes de Josyiane Gorgibus, déléguée générale de la FFAC, lié essentiellement au poids du poste carburant. Tous postes confondus, sur les 2 220 euros dépensés pour cette Clio d'occasion, 877 euros vont dans les caisses de l'Etat, soit une part de 39,5 %, la plus élevée des quatre modèles de référence. En comparaison, la 307 Diesel apparaît comme le véhicule le moins rentable pour les caisses du percepteur : 2 019 euros de taxes (27,6 % des dépenses totales) pour un véhicule dont les dépenses s'élèvent à 7 324 euros pour son propriétaire. Pour les deux autres véhicules de référence, les sommes versées à l'Etat restent toutes aussi importantes puisqu'elles atteignent 1 399 euros pour la Clio neuve essence (30,80 % de parts de taxes) et 4 060 euros (33,5 % de parts de taxes) pour la 607 Hdi. La FFAC attire en outre l'attention sur les taxes sur le carburant versées par les conducteurs de Clio essence neuve et de 307 Diesel. Ceux-ci paient à l'Etat respectivement 619 euros et 738 euros par an de ces taxes s'élevant à 286 % pour le litre de Diesel et à 194 % pour le litre d'essence ! Un constat qui amène les dirigeants de la FFAC à penser "que l'on a parfois bien raison de dire que la TIPP est l'impôt sur le revenu du pauvre".

Le Diesel intéressant à partir de 17 000 km par an

Un constat et des chiffres accablants pour "l'automobiliste-contribuable", heureusement altérés par une relative stagnation du budget d'une Clio neuve essence qui ne lui coûte que 6 euros supplémentaires par rapport à 2002, ce qui reste une performance dans une année 2003 marquée par une inflation à 2,2 %. Un constat qui ne vaut, hélas, pas pour la 307 Diesel puisque le budget atteint 7 324 euros, soit une hausse de 3,3 %, essentiellement due, on l'a vu, aux prix et aux taxes sur le carburant. La 307 Diesel n'est intéressante que dans le cas où l'automobiliste réaliserait plus de 17 000 km par an. Le prix de revient au kilomètre atteint alors 0,372 euro contre 0,410 euro pour la Clio essence (pour 11 060 km parcourus). Néanmoins, si ce même conducteur devenait subitement un gros rouleur (plus de 35 000 km/an), il aurait tout intérêt à conduire une 607 Hdi 2,2 l puisque le coût de revient au km descend à 0,346 euro, confirmant la règle "qu'un plus fort kilométrage amortit les coûts d'une plus grosse voiture", comme l'indique la FFAC. Enfin, pour avoir le budget le plus rentable possible, un conducteur d'une Clio neuve essence devra tenir compte des disparités régionales. En effet, d'après la FFAC, on compte un écart de 15 % et de 633 euros entre la région la plus économe et la plus dispendieuse. Il devra ainsi acheter sa Clio en Corse, l'assurer en Bretagne, faire son plein à nouveau en Corse, l'entretenir dans le Nord-Pas-de-Calais pour la garer en Bourgogne. Dans ces conditions, le budget annuel de sa voiture descendrait à 3 657 euros. ça fait rêver, non ?


Tanguy Merrien

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle