S'abonner
Distribution

Portrait de Véronique Pemzec, concessionnaire : Tonnerre de Brest

Publié le 21 juillet 2006

Par Tanguy Merrien
7 min de lecture
Véronique Pemzec est tombée dans l'automobile quand elle était petite. ça se voit. La concessionnaire en a fait son métier et pour rien au monde elle ne le quitterait. Passionnée de son entreprise, elle lui dédie presque tout son temps. Véronique Pemzec dirige...
Véronique Pemzec est tombée dans l'automobile quand elle était petite. ça se voit. La concessionnaire en a fait son métier et pour rien au monde elle ne le quitterait. Passionnée de son entreprise, elle lui dédie presque tout son temps. 
Véronique Pemzec dirige...
Véronique Pemzec est tombée dans l'automobile quand elle était petite. ça se voit. La concessionnaire en a fait son métier et pour rien au monde elle ne le quitterait. Passionnée de son entreprise, elle lui dédie presque tout son temps. Véronique Pemzec dirige...
...avec son frère Luc, 5 sites dans les marques Volvo, Land Rover et Jaguar qui s'étendent de Redon à Brest en passant par Vannes, Lorient et Quimper. La concessionnaire est arrivée dans l'entreprise pour épauler son frère mais également sa mère Thérèse-Anne alors que le papa venait de faire jouer ses droits à la retraite. Avant cela, Véronique Pemzec a travaillé 12 ans comme salariée d'une SSII parisienne. "J'avais toujours vécu en Bretagne au sein de ma famille. A une époque, j'ai eu besoin de quitter ce cocon familial pour découvrir autres choses", explique-t-elle. Elle a eu le temps de découvrir le charme de la capitale, de rencontrer son mari et de fonder une famille. Mais rapidement les affaires Pemzec vont se développer : "Avant 2000 déjà, nous avions envisagé d'agrandir notre site de Vannes. Peu à peu, Volvo nous a proposé de reprendre Lorient et le département du Finistère. C'est alors que l'idée de constituer une plaque bretonne avec la marque Volvo notamment est venue. J'ai ainsi choisi de m'investir dans le groupe." La jeune femme a dû convaincre sa famille pour la suivre dans son idée de reprendre l'entreprise et de "quitter Paris pour rejoindre Brest…" Une mère dans le milieu très présente Quand elle revient sur ces cinq premières années en tant que concessionnaire, Véronique Pemzec juge le bilan plutôt satisfaisant mais avoue toutefois qu'elle a dû passer par certaines étapes, nécessaires. "Ce fut fatigant, je découvrais le métier. Mais ma mère, très présente, m'a appris les rudiments de la profession et s'est occupée[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle