S'abonner
Distribution

Le groupe Aramis bascule toujours plus vers le VO

Publié le 27 janvier 2023

Par Gredy Raffin
3 min de lecture
Au premier trimestre de son année fiscale 2022/2023, Aramis a écoulé 20 042 véhicules, soit 2 % de plus que l'an passé. Les voitures d'occasion ont pesé pour 86,5 % du mix. Ce qui confirme la mutation profonde de l'entreprise.
Aramis résultats premier trimestre 2022
L'enseigne Aramisauto a généré 186,3 millions d'euros au premier trimestre 2022/2023, soit 6,8 % de plus que l'année précédente. (©AramisGroup)

Le groupe Aramis a augmenté son volume de vente au premier trimestre de l'année fiscale 2022/2023. Dans le bilan publié le 25 janvier 2023, la filiale de Stellantis a rapporté un total de 20 042 transactions à particulier, soit 2 % de plus que l'an passé.

 

Une croissance réalisée avec les voitures d'occasion reconditionnées. Le groupe a augmenté la cadence de 16,9 %, terminant à 17 640 unités. Ce qui porte la part de cette typologie de produits à 86,5 % dans le mix de vente d'Aramis en Europe. Le glissement vers un nouvel équilibre commercial se confirme alors pour l'entreprise d'origine française.

 

La nette chute des ventes de véhicules estampillés 0 km a encouragé ce phénomène. D'une année sur l'autre, le total trimestriel s'est contracté de 47,3 %, à 2 402 unités. Les difficultés rencontrées par les usines des constructeurs jouant définitivement contre le modèle économique originel du groupe Aramis.

 

Nette envolée du CA sur le canal des professionnels

 

Les activités commerciales du groupe ont généré un chiffre d'affaires de 439,3 millions d'euros. Aramis rapporte alors une hausse de 10,8 % en données publiées et de +2,5 % sur le périmètre historique (hors acquisitions réalisées fin 2022 en Autriche et en Italie).

 

Les ventes de voiture d'occasion à particulier ont généré 362,4 millions d'euros, soit 7,5 % de plus que l'année précédente. L'activité pèse donc alors 83 % du chiffre d'affaires du groupe. Les exemplaires catalogués 0 km ont fondu de 44,3 % en valeur, à 48,2 millions d'euros. En revanche, Aramis a tiré 314,2 millions d'euros de la vente de voitures d'occasion, soit 25,5 % de mieux que l'an passé. Un fait qui s'explique par la tendance inflationniste du marché européen.

 

A lire aussi : Volvo repositionne son label occasion

 

D'ailleurs, même les transactions à professionnels ont évolué fortement. Le bilan du premier trimestre fait état d'une hausse de chiffre d'affaires de 36,7 %, à 52,6 millions d'euros.

 

Soulignons enfin que le groupe a généré 24,2 millions d'euros de la vente de services associés. Un total en croissance de 16,4 % sur un an.

 

La France cumule 42,4 % du CA

 

Le groupe Aramis dépend encore en grande partie du marché français. Il y réalise 186,3 millions d'euros de chiffre d'affaires (+6,8 %), soit 42,4 % du total. L'Espagne passe devant le Royaume-Uni. Clicars a rapporté 92,8 millions d'euros (+15,8 %), quand Supercarmarket a terminé à 74,3 millions d'euros (-18,1 %). Un cran en dessous, Cardoen a généré 53 millions d'euros en Belgique, en progrès de 3,5 %.

 

Chiffre d'affaires par pays (en millions d'euros)
T1 2023 Var. % PDM
France 186,3 6,80% 42,4
Belgique 53 3,50% 12,1
Espagne 92,8 15,80% 21,1
Royaume-Uni 74,3 -18,10% 16,9
Autriche 32 - 7,3
Italie 0,9 - 0,2
Total 439,3 10,80% 100,0

 

Le groupe souligne que l’environnement macroéconomique, géopolitique et sectoriel limite toujours la visibilité sur la dynamique des marchés pour 2023. Le segment des véhicules reconditionnés reste exposé aux aléas de la consommation des ménages européens, dans un contexte d’inflation marquée. Toutefois, sauf dégradation supplémentaire, Aramis table sur une croissance organique des immatriculations de VO à particulier. La profitabilité devrait également repartir à la hausse durant la période.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle