S'abonner
Distribution

Des ventes en hausse pour Aramis Group

Publié le 26 mai 2023

Par Gredy Raffin
4 min de lecture
Durant son premier semestre d'activité, Aramis Group a vu ses ventes augmenter de 6,7 % en 2023, à 43 992 unités. Mais d'un point de vue financier, la filiale de Stellantis continue de se structurer après de nombreuses acquisitions.
aramis bilan semestriel
Aramisauto a augmenté son chiffre d'affaires de de 7,8 %, à 940,8 millions d'euros au premier semestre 2022-2023. (©Aramisauto)

Les récentes acquisitions bouclées par Aramis Group commencent à jouer de leur effet dans le bilan du spécialiste de la vente de voitures d'occasion. En effet, les volumes de transaction augmentent, mais la filiale de Stellantis compose encore avec des équilibres financiers toujours fragiles.

 

Dans le rapport d'activité du premier semestre 2022-2023, présenté le 24 mai 2023, le groupe français a affiché une croissance des ventes à particulier de 6,7 % sur un an, à 43 992 unités. Une progression tirée par les voitures d'occasion qui ont bondi de 15,6 %, à 38 579 unités, quand les VO 0 km ont plongé de 30,9 %, à 5 413 unités.

 

La France en croissance

 

Sous l'effet de l'inflation, le chiffre d'affaires a connu la même tendance. Il gagne 7,8 %, à 940,8 millions d'euros. Le BtoC a rapporté 783,3 millions d'euros (+7,8 %), dont 681 millions uniquement avec les voitures d'occasion reconditionnées (+18,4 %), et les ventes à professionnels ont grimpé de 6,6 % %, à 106 millions d'euros.

 

La France reste le premier pays de la filiale de Stellantis. Aramis Group a généré 387 millions d'euros sur son marché domestique (+7,7 %). A l'inverse, le marché britannique a chuté de 15,4 % pour terminer le premier semestre à 177,6 millions d'euros.

 

L'ebitda revient dans le vert

 

Si ces indicateurs apportent satisfaction, d'autres alertent sur la situation du groupe coté en Bourse à Paris (75). A 95,3 millions d'euros, la marge brute se stabilise en comparaison à l'an passé. En revanche la marge unitaire des voitures vendues à particulier baisse de 6,3 %, à 2 166 euros.

 

L'ebitda d'Aramis Group retrouve des couleurs après s'être très nettement dégradé lors du dernier bilan annuel. Alors qu'il était en déficit de 10,7 millions à fin septembre 2022, il termine en positif d'un million d'euros en mars 2023. Dans son communiqué, l'entreprise souligne cependant que sur le périmètre 2022, l'ebitda ressort à 3,5 millions d’euros (+21,2 %).

 

A lire aussi : Spoticar Direct dans les starting-blocks

 

Les acquisitions d'Onlinecars en Autriche, proche de l’équilibre opérationnel, et de Brumbum en Italie (ex-Cazoo), ayant généré un ebitda négatif de -2,5 millions d’euros au cours des derniers mois, ont pesé dans la balance.

 

En réponse au contexte de marché incertain, Aramis Group a mis l’accent sur un plan d'économie. Les frais commerciaux, généraux et administratifs s’établissent à 94,3 millions d’euros au premier semestre, en hausse de +2,1 % par rapport à l'an passé en données publiées, mais en baisse de 5,2 % sur la période octobre-décembre 2022.

 

Maintien des niveaux de stock

 

De fait, le résultat opérationnel du premier semestre d'Aramis Group ressort en déficit de 7,8 millions d’euros. Ce montant prend en compte des charges de personnel liées à des acquisitions pour (-5,3 millions d’euros), des frais liés à des opérations (-2 millions d’euros), et des dotations pour amortissements (-14,9 millions d’euros).

 

En raison, entre autres, d'un résultat financier négatif de 5,8 millions, le résultat net du groupe ressort à -12,6 millions d'euros. Il fait souligner que l'an passé à la même époque, le bilan d'Aramis Group faisait état d'une perte de 20,3 millions d'euros.

 

Au terme du semestre, le montant des stocks s’élevait à 246 millions d’euros. Cette augmentation de 61,2 millions d’euros par rapport au 30 septembre 2022 est due, à hauteur d’une quarantaine de millions, à l’intégration des nouvelles filiales dans le groupe. Le distributeur explique gérer finement le volume d'offres afin de ne pas être contraint, en cas de détérioration du marché, de pratiquer des remises destructrices de valeur.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Pour vous tenir informés de toute l'actualité automobile, abonnez-vous à nos newsletters.
Inscription aux Newsletters
cross-circle