S'abonner
Distribution

Aramis Group : le contexte de marché met à mal le bilan 2022

Publié le 2 décembre 2022

Par Gredy Raffin
3 min de lecture
La filiale de Stellantis a publié, le 1er décembre 2022, son bilan de l'exercice achevé en septembre dernier. La hausse des volumes de vente de voitures d'occasion et du chiffre d'affaires n'ont pas empêché Aramis Group de creuser ses pertes, qui atteignent 60,2 millions d'euros.
Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 1,460 milliard d'euros avec les ventes de voitures d'occasion à particuliers (+23,4 %).

Aramis Group n'échappe pas aux réalités d'un marché automobile sous tension. La filiale de Stellantis spécialisée dans le commerce de voitures d'occasion a publié, jeudi 1er décembre 2022, le compte de son activité 2021-2022, achévée en septembre dernier et il en ressort une dégradation du résultat net, à -60,2 millions d'euros contre -15,5 millions d'euros en 2021.

 

Pourtant, en données pro forma, le volume de transactions à particulier a crû de 1,6 % sur un an, à 81 731 unités, et le chiffre d'affaires a fait un bond de 29,2 %, à 1,768 milliard d'euros. Mais la chute de 59,2 % subie sur le segment de VO 0 km, à 12 347 unités, a entamé la marge unitaire brute générale. Aramis Group l'a calculée 2 142 euros, en repli de 6,6 %.

 

Le ralentissement menace les perspectives

 

Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 1,460 milliard d'euros avec les ventes de voitures d'occasion à particuliers. Un total en évolution de 23,4 % par rapport à l'année précédente. A côté, les cessions à professionnel ont engendré 217,9 millions d'euros, soit 90,3 % de plus sur un an. Enfin, le bilan affiche une solide progression des services associés (+27,2 %) à 90,7 millions d'euros.

 

Dans le détail des filiales nationales, Aramisauto en France a rapporté un chiffre d'affaires en hausse de 6,6 %, à 725,7 millions d'euros. Cardoen en Belgique a progressé de 19,6 %, à 240,8 millions d'euros. Avec 369,5 millions d'euros généré durant l'année, la branche espagnole, Clicars, a bondi de 78,8 millions d'euros. Et enfin, la filiale britannique, Supercarmarket, a totalisé l'équivalent de 432,8 millions d'euros (+54,7 %).

 

A lire aussi : Le marché des véhicules d'occasion a reculé de 10,6 % en novembre 2022

 

En termes de perspectives pour 2023, le groupe explique que sauf détérioration supplémentaire de l’environnement macroéconomique, il table sur une croissance organique positive de ses volumes vendus de véhicules reconditionnés à particulier et une amélioration progressive de son Ebitda ajusté au cours de l’année, hors coûts de restructuration.

 

Aramis Group souligne toutefois que sur le segment des véhicules reconditionnés, "la demande est progressivement plus affectée par le ralentissement de la consommation des ménages européens dans un contexte d’inflation marquée". Un phénomène qui impacte toutes les géographies où opère l'entreprise cotée en Bourse.

 

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle