S'abonner
Distribution

Carlos Gomes, BYmyCAR : "La distribution doit se révolter et ne pas assister impuissante au changement"

Publié le 17 mars 2021

Par Catherine Leroy
8 min de lecture
Depuis juillet 2020, Carlos Gomes est directeur général du groupe BYmyCAR. Ex-patron de la région Asie chez PSA, ce dernier a fait ses premiers pas dans la distribution. Evolution du business model, des offres, de la rentabilité... Interview sans tabou avec le Journal de l'Automobile.
Carlos Gomes, directeur général du groupe BYmyCAR.
Carlos Gomes, directeur général du groupe BYmyCAR.
  Après avoir réalisé toute votre carrière chez des constructeurs automobiles, vous voici de l’autre côté de la barrière, à la direction générale d’un des plus grands groupes de distribution BYmyCAR. Quelle est désormais votre vision de la distribution ? Constructeurs et distributeurs font partis d’un écosystème global. Les constructeurs s’aperçoivent des difficultés que connait le monde de la distribution aujourd’hui, avec plus ou moins de mesure. Mais dans le même temps, beaucoup de questions se posent notamment vis-à-vis du client. Est-il content de de cet écosystème ? Y-a-t-il des points d’améliorations ? En réalité, nous sommes à un carrefour où nous savons que nous nous dirigeons vers des changements profonds. Que quelque part, si le contact physique, la connaissance du marché local, le service apporté satisfont le client, d’autres choses ne lui plaisent pas, comme les mauvais parcours digitaux, par exemple. Nous sommes dans une phase où des réflexions sont lancées sur un système, mis en place il y a 40 ans, et qui n’a pas encore beaucoup changé. Mon regard est forcément différent aujourd’hui.   Certains constructeurs évoquent des coûts de distribution beaucoup trop élevés, de l’ordre de 30 %. Etes-vous en accord avec ces affirmations ? Il faut bien comprendre, tout d’abord, que ces 30 % ne correspondent pas à la marge des distributeurs qui, vous le savez, est beaucoup plus faible. Je pense que la plupart de ces coûts viennent du gaspillage du propre système des constructeurs et de la guerre que les marques se livrent. Pour gagner la bataille des parts de marché, les constructeurs mettent en place de forts moyens commerciaux pour vendre des voitures. Si la compétition était moindre, si le système industriel fonctionnait un peu mieux et si les constru[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

cross-circle