S'abonner
Distribution

Aramis booste sa capacité de reconditionnement des VO

Publié le 30 juin 2022

Par Nicolas Girault
6 min de lecture
Le spécialiste de la vente en ligne de VO reconditionnés veut encore accélérer sur les cadences de remise en état des véhicules. Pour cela, Aramisauto ouvre donc un deuxième centre dédié à Saint-Pierre-Lès-Nemours (77). Visite guidée.
L'équipe d'Aramis Auto inaugure son nouveau centre de reconditionnement francilien. Au centre, avec les ciseaux, Romain Boscher (directeur général d’Aramisauto), encadré à gauche par Guillaume Arnal (directeur du site de Saint-Pierre-Lès-Nemours) et à droite,  par Rémi Pigeol (directeur industriel).
L'équipe d'Aramis Auto inaugure son nouveau centre de reconditionnement francilien. Au centre, avec les ciseaux, Romain Boscher (directeur général d’Aramisauto), encadré à gauche par Guillaume Arnal (directeur du site de Saint-Pierre-Lès-Nemours) et à droite, par Rémi Pigeol (directeur industriel).

"Le véhicule d’occasion reconditionné apporte une réponse concrète pour répondre aux besoins des consommateurs, alors que 80 % des Français utilisent leur voiture quotidiennement et qu’elle constitue le second poste de dépense des ménages. Le reconditionnement leur apporte un véhicule accessible, fiable et responsable", a affirmé Romain Boscher lors de l’inauguration du centre de reconditionnement industriel de Saint-Pierre-Lès-Nemours (77), le 28 juin 2022.

 

Le VO reconditionné accélère

 

Après avoir été lavés, les véhicules sont expertisés pour toutes les réparations à effectuer, selon leur valeur. En moyenne, Aramisauto parvient à réaliser une marge de 2 400 euros par véhicule.

Le directeur général d’Aramisauto précise que "l’ouverture de ce second site représente pour nous un symbole de la pertinence de la construction de valeur dans le monde de l’automobile. Cela, malgré le contexte de ses évolutions et des dernières mesures environnementales mises en place". Il ajoute que l’enchérissement des véhicules neufs – "de plus de 7 000 euros ces dernières années" –, la pénurie de semi-conducteurs et la crise internationale actuelle accentuent encore l’intérêt de ce type de VO.

 

Tandis que sur le plan environnemental, les véhicules d’occasion reconditionnés – âgés en moyenne de moins de cinq ans – bénéficient encore d’une durée de vie importante. Ils sont aussi moins polluants que les véhicules plus anciens non reconditionnés…

 

Toutes les opérations d'entretien (vidange, remplacement des pièces d'usure, etc.) et la commande des pièces de rechange sont ensuite effectuées, avant d'entamer les opérations de reconditionnement.

Mais au-delà de ces arguments environnementaux et économiques, ces VO pas comme les autres ont le vent en poupe. En effet, le volume des ventes du segment des véhicules reconditionnés a connu une croissance de 47 % au premier semestre 2022, par rapport à la même période l’an dernier. Sur cette même période, Aramisauto a enregistré une progression de 56 % de son chiffre d’affaires.

 

Pour répondre à cette tendance, la nouvelle usine de reconditionnement d’Aramis complète celle mise en place depuis huit ans, à Donzéres (26). Ensemble, elles devraient lui permettre de rénover 50 000 véhicules par an – alors que le spécialiste en a déjà reconditionnés 90 000 depuis 2014.

 

Un site industriel amélioré

 

En sortie de cabine de peinture, les opérations de finitions carrosserie intérieures et extérieures sont effectuées.

Ce nouveau centre de 4 900 m2 s’étend sur un terrain de 4,9 hectares. A terme, il devrait employer 150 salariés permettant à l’usine d’opérer 24 h/24. 1 000 véhicules pourront y être stockés, avant leur envoi vers certains des 60 points de vente physiques.

 

Comme le premier site, le centre de Saint-Pierre-Lès-Nemours favorise le recyclage et la valorisation de ses déchets. Dans l’entreprise, leur taux de valorisation a atteint 76 % en 2021, dans le cadre de ses méthodes de reconditionnement. "Ce nouveau site souligne notre ambition de proposer un modèle de mobilité individuelle plus vertueux grâce aux véhicules d’occasion reconditionnés. En effet, leur reconditionnement a un impact sur l’épuisement des ressources minérales inférieur de 19 % à celui des véhicules neufs", affirme Romain Boscher.

 

A lire aussi Un premier semestre en demi-teinte pour Aramis

Parallèlement aux autres chaînes de réparation, la ligne de reconditionnement rapide est réservée aux véhicules en bon état, ne nécessitant que de modestes interventions mécaniques.

Sur le plan opérationnel, Aramisauto a exploité son expérience du reconditionnement pour introduire des améliorations dans son nouveau centre. Ce savoir-faire repose à la fois sur son premier site français, mais aussi sur les trois de sa maison-mère (Aramis Group), à Madrid (Espagne), Anvers (Belgique) et Goole (Royaume-Uni).

 

Optimisations à tous les étages

 

Le reconditionnement s'achève avec une préparation esthétique du véhicule (réalisée par les spécialistes de CosmétiCar).

En parcourant les travées du site, on découvre ses spécificités. Ainsi, la nouvelle usine est dotée d'une ligne de réparation rapide (sans opérations de carrosserie ou de peinture), accélérant et fluidifiant les flux de reconditionnement. Côté carrosserie, les opérations d’application et de séchage de peinture sont scindées, permettant de gagner 30 minutes par véhicule traité. Ensuite, les chaînes de production sont plus courtes et compactes, améliorant ainsi la qualité des opérations. Enfin, le laboratoire photo a été repensé, pour améliorer et accélérer la production de clichés des modèles exposés sur son site internet. Au total, la rénovation de chaque unité ne dépasse pas trois jours.

 

A lire aussi : Aramisauto recrute un directeur pour son nouveau centre de reconditionnement VO

 

Dernière étape avant de rejoindre le parking : le véhicule reconditionné est photographié dans le laboratoire photo. Plateau tournant, caméras et appareils photos permettent de réaliser prises de vues intérieures et extérieures à 360°.

L’ensemble de ce dispositif permet aussi à Aramisauto de garantir ses véhicules 12 mois pour les pannes mécaniques et l’entretien. Cela grâce à la vérification de 200 points de contrôle et le remplacement quasi systématique des pièces d’usure. Cette formule semble séduire de plus en plus d’automobilistes… Et pousse les dirigeants d’Aramisauto à réfléchir à l’ouverture de nouveaux centres dans les années à venir… Mais auparavant, le dernier en date doit encore monter en puissance pour atteindre sa vitesse de croisière, d’ici à un an.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle