S'abonner
Data Center

Vers un marché à 2,1 millions de VP

Publié le 25 janvier 2008

Par Alexandre Guillet
32 min de lecture
Sans le boom des ventes de 21 % en décembre 2007, les constructeurs auraient peut-être été plus optimistes pour 2008. Le marché VP pourrait tout de même atteindre 2,1 millions de VP, soit 40 000 véhicules de mieux qu'en 2007. La...
...réalisation de ce dossier est de plus en plus difficile chaque année. Certains constructeurs jouent le jeu et nous les en remercions : le groupe Fiat et le groupe GM et la plupart des constructeurs de taille moins importante. Les groupes Volkswagen, Daimler et Toyota n'ont pas détaillé leurs prévisions par modèle mais ont tout de même fourni leur volume de vente global. Les marques françaises, en revanche, sont capables de donner des prévisions de vente pour le monde, mais aucune pour la France, pas même une estimation du marché total pour 2008. Le bonus/malus rend le calcul difficile mais il semble qu'il va dynamiser le marché de façon substantielle : Opel et Volkswagen tablent sur un marché à plus de 2,080 millions de VP, soit une progression de moins de 1 %. Fiat et Hyundai sont les plus optimistes, avec un marché supérieur à 2,140 millions de VP (+ 3,6 %). En revanche, la prévision la plus pessimiste, celle de Honda, à 2,050 millions de VP, paraît peu crédible. L'Observatoire de l'Automobile (Cetelem) tablait sur un marché à 2,060 millions sans prime et à 2,170 avec prime, sans avoir prévu la forte anticipation d'achat de décembre 2007. La prévision de Mazda semble pouvoir satisfaire tout le monde et a le mérite d'être un chiffre rond : 2,1 millions de VP. Marché conclu !Comme chaque année, nous vous proposons d'analyser les résultats de l'année 2007 et d'étudier en détail les perspectives 2008 de chacun des constructeurs. Photo : La Laguna, avec le renfort de la version Estate, va vivre en 2008 sa première année pleine. L'année de tous les dangers ? RENAULT Pour justifier des chiffres mitigés sur l'exercice 2007, Renault met en avant, à raison, un contexte concurrentiel compliqué, avec une implication toujours plus forte des autres constructeurs sur les segments habituellement porteurs de Renault. La Clio perd ainsi 14 % de ses ventes, et Modus près de 25 %, à 21 160 unités en 2007. Seul Mégane jugule l'hémorragie avec un peu glorieux - 3 %. Néanmoins, sur des crédos plus spécifiques au losange, le constructeur Français a tiré sont épingle du jeu. C'est le cas évidement avec Dacia, dont les performances restent au beau fixe. Pour 2008, l'accent sera mis sur la pérennisation de ces résultats bien sûr, mais aussi sur les nombreux nouveaux modèles attendus. Grosse attente également sur les retours client du fameux programme de qualité perçue mis en place par Carlos Ghosn, notamment sur Twingo et Laguna. Côté distribution, Jacques Chauvet rappelle qu'il faut faire très attention aux coûts de distribution qui augmentent sans cesse. Pas facile. Quand on est constructeur national, on se doit de maintenir une certaine omniprésence…NISSANMerci Qashqai ! Ce véhicule remporte un succès si grand et si inattendu qu'il est une bénédiction pour le constructeur en 2007. Le SUV dope les ventes, et dieu merci, car la marque a vécu un début d'exercice difficile. Le Note, sur lequel Nissan fondait les plus grands espoirs, ne trouve toujours pas son public. La Micra n'a séduit que 8 200 acheteurs, soit une baisse de près de 30 % par rapport à 2007. Quant aux deux fers de lance du Japonais, le Patrol et le X-Trail, ils perdent respectivement 52 % et 20 % de leurs ventes. Mais Nissan tourne la page, se veut résolument optimiste, grâce aux 8 300 Qashqai écoulés cette année. Et Pascal Schmitt mise toujours sur son Cross Over providentiel. Il attend plus de 10 000 ventes sur 2008. Sans compter le Note, qui reste au cœur des préoccupations du constructeur. Il capitalise sur la notoriété du Grand Modus de Renault, pour faire connaître ce nouveau segment. De quoi attirer le chaland dans les quelque 210 points de vente de la marque, qui souffre d'un léger manque de différentiation entre les Pathfinder, X-Trail, Qashqai, Terrano et consort…Groupe PSAPeugeot En 2007, Peugeot estimait pouvoir gagner 0,2 point de parts de marché sur l'année et totaliser 18 % de pénétration sur le marché français. Force est de constater que la marque n'a pu atteindre son objectif. Le constructeur cède du terrain et affiche 17 % de parts de marchés avec 430 500 immatriculations (VP+VUL). Au niveau des ventes à particulier, les volumes ont baissé, sur le périmètre, de 2,1 % pour atteindre 349 421 unités. Le lancement récent de la 308, en septembre, n'a pas enrayé la fin de vie de la 307. Sur le segment B, la 207 a bénéficié d'une commercialisation en année pleine et d'une gamme complète de carrosseries. Elle réalise 6,4 % de pénétration toutes marques confondues. Par ailleurs, le couple 206/207 s'octroie 8 % de parts de marché devenant leader du segment B. Sur le marché des VUL, le constructeur a vu ses ventes progresser de 7,6 % permettant de limiter le recul sur l'année. Pour 2008, Peugeot table sur une croissance globale comprise dans une fourchette, pour le moins large, de 3 à 5 %, pour un niveau de ventes compris entre 2,025 et 2,075 millions d'unités. Pour le marché français, les objectifs 2008 ne nous ont pas été communiqués. "Nous avons donné à chacune de nos filiales européennes une feuille de route précise, et réalisable pour l'année 2008", explique Jean-Philippe Collin, directeur général de Peugeot, sans donner plus de précisions sur les chiffres. Pour le patron de Peugeot, la 207, la 308, et la gamme utilitaire, avec notamment l'arrivée des nouveaux Beeper et Partner, constitueront les principaux leviers de croissance sur le marché français. Concernant l'application de la nouvelle législation du bonus-malus, Jean-Philippe Collin est confiant et affirme que "Peugeot sera peu impacté par la nouvelle réglementation". Et d'ajouter : "Plus de 70 % de notre gamme sera neutre ou bénéficiera du bonus". Côté réseau, son maillage ainsi que sa rentabilité, autour de 0,86 % en 2007, devraient peu évoluer en 2008.CitroënLes résultats des marques se suivent et ne se ressemblent pas toujours. Si le moral de certains Français est en berne, Citroën peut se targuer de limiter la casse. Une gamme enfin complète et homogène, une progression globale de 5 %, et une année 2008 qui s'annonce sous les meilleurs auspices, voilà le contexte. Ainsi, C4 Picasso, sur un segment bataillé, double ses ventes, à 72 600 unités, C6 remporte un succès d'estime avec 2 650 immatriculations, notamment grâce à l'arrivée du quatre cylindres HDI. En 2008, Gilles Michel et François Ruppli, en chœur, tablent sur une bonne performance de la très réussie C5, qui devrait trouver selon nous, 30 000 nouveaux acquéreurs. La nouvelle gamme d'utilitaires, avec le Nemo en tête, cristallise aussi toutes les attentes du constructeur chevronné. Ajoutez à cela un petit coup de pression sur les succursales, afin de les responsabiliser un peu plus sur les performances, et vous aurez une année 2008 chargée en évènements pour Citroën…Groupe VolkswagenA l'instar de la maison mère, qui vient de battre un record avec 6,2 millions de ventes (+ 7,9 %) dans le monde, le groupe Volkswagen France a immatriculé 247 378 VP (Volkswagen, Audi, Seat, Skoda) et livré 15 307 VUL (+ 10,38 %). Un record pour cette branche. Mais tous les records sont faits pour être battus et Martin Winterkorn, le patron du groupe, est convaincu de pouvoir établir une nouvelle marque en 2008. VolkswagenPour une poignée de Tiguan ! Pour un gros millier de Tiguan, Volkswagen voit son taux de pénétration passer sous la barre des 7 % (6,91 %). Pas que le succès ne soit pas au rendez-vous, le SUV compact a enregistré en deux mois plus de 4 500 commandes, mais le fort engouement sur la finition haut de[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle