S'abonner
Data Center

Quels pays européens sont les plus diesélisés ?

Publié le 10 mai 2019

Par Alice Thuot
3 min de lecture
Au premier trimestre 2019, les ventes de diesel ont de nouveau reculé dans l'UE pour ne plus représenter qu’un tiers du total. Certains pays restent encore bien au-dessus de cette moyenne, tandis que l'électrique peine à décoller.
Au premier trimestre 2019, les ventes de diesel ont de nouveau reculé dans l'UE pour ne plus représenter qu’un tiers du total. Certains pays restent encore bien au-dessus de cette moyenne, tandis que l'électrique peine à décoller.
Au premier trimestre 2019, les ventes de diesel ont de nouveau reculé dans l'UE pour ne plus représenter qu’un tiers du total. Certains pays restent encore bien au-dessus de cette moyenne, tandis que l'électrique peine à décoller.

 

Le déclin du diesel se poursuit dans l’Union Européenne. Selon les dernières données de l’ACEA, ce carburant n’a plus représenté que 32,2 % de la demande totale des automobilistes au premier trimestre 2019. Ce qui représente, par rapport à la même période de l’année précédente, un recul de six points. Cette chute fait l’affaire de l’essence, dont les ventes se sont accrues de 3,8 points pour atteindre près de 60 % de part de marché.

 

Top 5 des pays les plus diésélisés au T1 2019

 

1.     Estonie : 52 %

2.     Portugal : 49,8 %

3.     Irland : 48 %

4.     Bulgarie : 47 %

5.     Italie : 43,4

 

Top 5 des pays les moins diésélisés au T1 2019

 

1.   Pays-Bas : 9,2 %

2.   Norvège : 13,9 %

3.   Pologne : 21,2 %

4.   Lituanie : 21,2 %

5.   Hongrie : 21,7 %

 

Dans le même temps, la demande pour les modèles à énergies alternatives a continué sa progression au premier trimestre 2019, et de manière significative, soit + 25,9 %. Ces derniers ont représenté 8,5 % des immatriculations totales dans l’Union Européenne sur les trois premiers mois de l’année. Cette performance a été permise par la bonne santé des 100 % électriques qui ont bénéficié d’une croissance de +84,4 %, soit un peu moins de 61 800 unités. Les hybrides rechargeables sont quant à eux restés stables, à environ 37 800 unités. Au global, les véhicules électriques ont vu leurs ventes croître de 40 % à plus de 99 000 unités. Du côté des hybrides, la demande a augmenté de 33 % à 184 800 unités, tandis que les énergies alternatives, autres que l'électrique, ont reculé de 7,2 % à moins de 57 000 unités.

 

Le succès de l'électrique étroitement corrélé au PIB

 

Si ces chiffres laissent penser à une explosion de l’électrique, les performances sont en revanche très disparates selon les pays. C’est ce que pointe l’ACEA qui met en évidence la corrélation entre le caractère abordable de ces modèles et leur adoption par les différents marchés. Le lobby européen a ainsi comparé les chiffres de ventes d'électriques avec le PIB par habitant dans les États membres de l'UE pour 2018. Un rapprochement qui montre que tous les pays dont la part de marché de l'électrique est inférieure à 1% - soit la moitié de tous les États membres - affichent un PIB par habitant inférieur à 29 000 euros. C'est le cas dans plusieurs pays du sud - tels que l'Espagne, l'Italie et la Grèce - ainsi que dans les pays d'Europe centrale et orientale comme la Lituanie, la Bulgarie et la Slovaquie.

 

Corrélation ventes VE / PIB par habitant 2018

 

Ces Top confirment ces conclusions.

 

Top 5 des pays avec la plus forte pénétration d’électrique au T1 2019

 

1.  Norvège : 48,5 %

2.  Pays-Bas : 8,5 %

3.  Islande : 7,6 %

4.  Suède : 5,4 %

5.  Suisse : 4,2 %

 

Top 5 des pays avec la plus faible part de marché de l’électrique au T1 2019

 

1.  Grèce : 0,14 %

2.  Slovaquie – Pologne – République Tchèque – Italie-Esonie : entre 0,2 et 0,3 %

3.  Lituanie : 0,43 %

4.  Lettonie : 0,54 %

5.  Slovénie : 0,62 %

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle