S'abonner
Data Center

Marché flottes 2018 : un grand cru malgré WLTP

Publié le 3 janvier 2019

Par Damien Chalon
2 min de lecture
Les immatriculations de véhicules sur le marché des flottes ont grimpé de 3 % en 2018, pour atteindre un niveau record de 818 648 unités. Un bilan positif qui a toutefois été terni par une fin d’année chaotique liée à l’entrée en vigueur du nouveau cycle d’homologation WLTP.

 

Le marché des flottes a atteint son plus haut historique en 2018. Au total, 818 648 voitures particulières et véhicules utilitaires légers ont été immatriculés à titre professionnel au cours de l’année écoulée, un volume en hausse de 3 %. Cette croissance s’est construite sur la première partie de l’exercice, avant l’entrée en vigueur du nouveau cycle d’homologation WLTP au 1er septembre. A fin août, le marché affichait une croissance de 7,4 %. Celle-ci a été sérieusement entamée au cours du dernier trimestre, notamment en décembre avec un marché en repli de 4,4 %, à 72 619 unités.

 

Sur les 818 648 immatriculations recensées en 2018, 476 269 ont été des voitures particulières. Ce contingent a progressé de 3,5 % par rapport à 2017. L’année a été marquée par d’importants mouvements entre énergies. Si le diesel a représenté le gros de l’activité avec 322 647 unités, il s’est replié de 8,8 %. Sa part de marché est passée de 76,9 % en 2017 à 67,7 % en 2018. Les entreprises ont clairement accéléré la diversification énergétique de leurs flottes. Une tendance qui a avant tout profité à l’essence qui a bondi de 49 %, à 117 735 unités. Sa part de marché approche désormais les 25 %. Les professionnels ont également misé sur l’hybride (25 730 unités, +42,5 %) et sur l’électrique (9 925 unités, +51,9 %).

 

Des VUL en hausse de 2,3 %

 

Il est à noter que ce phénomène s’est amplifié en fin d’année. En décembre, sur les 40 547 immatriculations de voitures particulières enregistrées (-9,5 %), 25 165 fonctionnent au diesel. Ce total est en repli de 21,8 % par rapport à 2017. Dans le même temps, les immatriculations de voitures essence ont grimpé de 43,5 %, à 11 858 unités. La part de marché de cette énergie a atteint 29,2 %, contre 62,1 % pour celle du diesel.

 

Concernant les véhicules utilitaires légers, l’année 2018 a également été positive. Avec 342 379 immatriculations au compteur, ce marché a progressé de 2,3 %. Le diesel demeure ici le patron avec une part de marché de 93,5 %. Plus de 320 000 utilitaires fonctionnant grâce à carburant ont été écoulés (+0,4 %). Les autres énergies se contentent des seconds rôles. Avec 13 477 immatriculations, l’essence ne capte que 3,9 % de part de marché. Ce carburant affiche toutefois une hausse significative de 75,2 %. Les immatriculations d’utilitaires électriques ont de leur côté progressé de 41,7 %, à 7 205 unités.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle