S'abonner
Data Center

Guerre ouverte sur le segment B

Publié le 20 janvier 2006

Par Alexandre Guillet
29 min de lecture
Mini et Smart prévoient une baisse de leurs ventes en 2006. Une lucidité qui montre à quel point le segment B va être concurrentiel cette année avec une profusion de nouveautés. Les promotions ne risquent pas de s'arrêter et les VO récents, déjà en baisse de 6 % en 2005, vont encore souffrir....
... "Un marché 2005 en légère progression, aux alentours de 2,050 millions de VP", pouvait-on lire dans notre numéro Spécial Prévisions 2005. A peu de choses près, les constructeurs ont vu juste. Les analystes de R.L. Polk ont été encore plus précis avec un pronostic de 2,060 millions de VP. Pour 2006, ils tablent sur un marché en hausse de 1,6 % à 2,1 millions de VP, grâce à l'impact positif des nouveaux modèles, notamment français, et aux taux d'intérêt qui continueront de soutenir la consommation. L'Observatoire de l'automobile est encore plus optimiste avec un marché VP à 2,120 millions (+ 2,5 %) et un marché VUL à 430 000 (+ 2,4 %). Renault reste prudent pour 2006 En recul de 4,5 %, Renault rate son objectif 2005 de 30 000 VP. Alors que Clio s'est fort bien maintenu sur le marché, avec 6,4 % de PDM (soit 0,4 point de moins qu'en 2004), Modus n'a pas obtenu le succès espéré, n'affichant que 3 % de PDM alors qu'on en espérait facilement 1 point de plus. Laguna, malgré son restylage, a également été en dessous des attentes, en passant sous la barre des 2 % de PDM. Le reste de la gamme, et notamment Twingo, ne s'est pas trop mal comporté, même si le recul de Mégane et de Scénic (- 15,6 %) a été plus marqué que prévu. Pour 2006, Renault craint naturellement une concurrence exacerbée sur le segment B et table donc sur une part de marché proche de 2005, soit un peu plus de 25 % en VP et de 33 % en VU. Peugeot vise 9 % du marché avec ses petites Avec 362 000 immatriculations VP, Peugeot rate de 28 000 unités son objectif 2005. Principale fautive, la 1007 n'a représenté en France que 18 000 immatriculations au lieu des 30 000 attendues. "Cette montée en puissance plus lente que prévue de 1007 s'est traduite par un volume de ventes total de 55 000 unités contre un objectif de 80 000", analyse Frédéric Saint-Geours, le patron de la marque. Par rapport à 2004, les ventes VP de Peugeot en France sont néanmoins restées stables (- 0,3 %). "Cette performance s'est faite en suivant une politique limitant l'inflation de moyens commerciaux, en renonçant à des marchés de gros volumes mais très onéreux, ou encore, en contenant l'offre promotionnelle sur les particuliers", explique le constructeur. La marque a tout de même dépassé ses objectifs avec la 206, même si le modèle chute naturellement de 20 % en attendant l'arrivée de la 207. Le restylage de la 307 a également permis de ralentir sa chute (- 15 %) et de flirter avec l'objectif de 117 000 immatriculations. Les modèles 607 (+ 34 %) et Partner (+ 13 %) sont dans les clous, en revanche la remarquable progression de la 407 (+ 83 %) ne doit pas faire oublier que l'objectif de 78 000 ventes n'a pas été atteint de 10 000 unités."Dans un marché stable, où la concurrence et l'activité promotionnelle restera vive, 2006 verra les ventes de Peugeot rebondir de 4 % à 376 700 unités", prévoit le constructeur. Un objectif qui peut sembler modeste alors que la marque bénéficiera de la 107 et de la 1007 en année pleine et de sa toute nouvelle 207. Néanmoins, tous ces modèles vont se concurrencer sur le segment des petites voitures. Et même si 400 immatriculations apparaissent déjà en décembre 2005, il faudra attendre "la fin du premier quadrimestre de 2006", pour voir arriver la 207, en complément de l'offre de la marque. Avec la 206, qui reste au catalogue, et la 207, la marque prévoit d'atteindre 7 % de parts de marché alors que la 206 seule a réalisé 5,8 % en 2005. Même en année pleine, Peugeot ne croit plus la 1007 capable d'atteindre les 1,5 % de PDM (objectif 2005) et table sur 1,12 %, soit la pénétration obtenue au cours du mois de novembre 2005. En revanche, la marque est ambitieuse sur la 107 qui devra faire un volume équivalent à la 1007, soit 1,1 % de PdM. Citroën progresse en France et en Europe Les résultats 2005 sont plutôt flatteurs pour la marque aux chevrons : + 3,1 % en France en VP et VUL, soit 342 000 véhicules vendus, une progression de la part de marché de 6,6 % en Europe Occidentale et une progression de 15,9 % des ventes dans les autres régions du monde. En tout, Citroën a vendu 1 395 000 véhicules dans le monde, soit une progression de 3,5 %. La largeur exceptionnelle de la gamme, la réussite de C4 et les premiers résultats de C1 expliquent cette bonne santé. Toutefois, 2006 sera-t-il aussi positif que l'espère le constructeur ? Malgré les nouvelles motorisations HDi 110 Fap sur C3 et HD1 55 sur C1, et, bien sûr, l'arrivée de C6, Citroën semble légèrement armé face à la concurrence pour rester à 15 % du marché. Groupe Volkswagen Volkswagen vise les 7 % de PDM En 2005, Volkswagen a confirmé son redressement, initié l'année précédente, et reprend même ses aises dans le costume de premier importateur. La nouvelle Passat a répondu aux espoirs placés en elle et la gamme Golf a, une nouvelle fois, fait taire les sceptiques avec son désormais habituel numéro du portrait de Dorian Gray. Surtout, les modèles Fox et Polo ne se sont pas cannibalisés, jouant au contraire une jolie partition de duettistes. Thierry Lespiaucq, directeur de Volkswagen France, peut dont être satisfait et afficher un certain optimisme pour 2006. D'autant que les résultats de la marque sur le VU sont dans une spirale positive. Pour 2006, Volkswagen mise donc sur une légère croissance, à 140 000 immatriculations VP, pour une part de marché de 7 %. Ce développement ne sera pas nourri par une batterie de lancements, à l'exception somme toute secondaire de l'Eos, mais il s'agira plus vraisemblablement d'une expansion organique reposant sur la plénitude commerciale des Fox, Polo et Passat et sur la relative stabilité des Golf et Touran. Bref, si aucun coup dur ne vient d'Allemagne, une année plus sereine que paillettes s'annonce pour Volkswagen. Audi : Record à battre ! Avec un résultat de 44 318 immatriculations en 2005, Audi France a tout simplement vécu une année record ! Des performances qui frappent les esprits quand on sait que les objectifs initiaux de la marque consistaient à atteindre le cap des 40 000 unités et quand on compare sa progression, + 21,4 % par rapport à 2004, avec celle du marché (+ 2,7 %). Désormais, Audi peut se targuer de posséder 2,1 % de part de marché dans l'Hexagone avec une gamme plutôt luxueuse. "Notre performance a été homogène sur l'ensemble des gammes, mais on peut toutefois décerner une mention particulière à l'A6 qui a progressé de 38,5 % par rapport à 2004", se félicite la direction de la marque. Pour 2006, la marque annonce prudemment sa volonté de franchir la barre des 42 [...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle