S'abonner
Constructeurs

Wim Maes, directeur général de Volvo Automobiles France : Avec la C30, nous faisons de la conquête chez BMW, Audi et Alfa Romeo

Publié le 26 octobre 2007

Par Alexandre Guillet
9 min de lecture
Six mois après sa prise de fonction, Wim Maes fait le point sur la situation de Volvo dans l'Hexagone. Affable et enthousiaste, il se réjouit des résultats commerciaux actuels et du plan produits, tout en reconnaissant que le chantier de l'homogénéisation...
...du réseau reste ouvert.Journal de l'Automobile. Quelles sont vos premières impressions à la tête de Volvo France ?Wim Maes. Il n'y a pas de surprise à proprement parler, dans la mesure où je n'arrive pas dans une nouvelle marque et où je connais bien le marché français. Les premières impressions sont forcément positives car nous bénéficions d'une dynamique intéressante dans l'Hexagone. De surcroît, les équipes, au siège comme dans le réseau, sont très motivées et volontaires.JA. On imagine aisément que vous allez vous inscrire dans une politique de continuité, mais avez-vous néanmoins réalisé quelques petits ajustements "personnels" ?wM. D'un point de vue stratégique, vous avez raison, la politique de continuité s'impose, sur la base d'une riche actualité sur le front des produits et d'un renforcement du positionnement de Volvo sur le Premium. Par ailleurs, j'ai mis en avant quelques priorités : sécuriser la croissance des ventes, rendre régulièrement visite à nos distributeurs, un planning précis a été établi pour cela, et renforcer l'interaction avec le réseau via les outils que nous utilisons et les business-plans que nous avons établis. JA. Comment analysez-vous la progression, mais aussi l'étroitesse historique, du segment premium en France ?wM. Ce segment représente environ 150 000 ventes annuelles, soit 7 à 8 % du marché global. Même si ce n'est pas spectaculaire, il progresse régulièrement depuis quelques années. Cependant, en valeur absolue, on peut considérer qu'il s'agit d'un segment en voie de développement. Je pense que le fait que les constructeurs français n'ont jamais vraiment occupé ce segment conditionne la culture des clients. En revanche, on sait que le client français est friand de nouveautés et c'est sur cet élément que nous comptons nous appuyer. Bref, nous ne misons pas sur une forte expansion du segment Premium dans les années à venir, même si la France fait partie des marchés pleinement en phase avec les ambitions du groupe.JA. Depuis le début de l'année, vous enregistrez de très b[...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle