S'abonner
Constructeurs

Triple chevrons !

Publié le 11 novembre 2005

Par Marc David
6 min de lecture
En signant leur deuxième doublé de la saison à l'occasion du rallye de Catalogne, Sébastien Loeb et François Duval ont apporté avec panache leur contribution à la conquête du troisième titre consécutif de Citroën en WRC. Bon troisième à l'issue d'une première étape difficile...

...dans laquelle le choix de pneus s'est avéré déterminant (avec trois paires de spéciales qui se succédaient avec des conditions d'adhérence différentes), Marcus Grönholm, le leader de Peugeot Sport, semble une fois de plus résigné. "Je n'étais pas en confiance avec le comportement de ma voiture dans des conditions sèches et je ne sais pas très bien pourquoi. Nos choix de pneus ont été bons, ce qui explique notre bonne position ce soir. Mais demain, nous devrons plus défendre notre place contre Gardemeister et les autres derrière que de tenter de revenir sur les Citroën". Outre la Mitsubishi Lancer de Galli, alors 5e derrière la Ford Focus du finlandais, la chasse est menée par les trois autres Ford de Kresta, Hirvönen et Sola. En effet, les Subaru sont déjà hors jeu. Seulement 6e après la première boucle de deux spéciales, Solberg repart à l'attaque mais, sans doute un peu optimiste sur un freinage, détruit l'avant droit de son Impreza contre une paroi rocheuse dans l'ES3. De son côté, Sarrazin sort à haute vitesse dans l'ES6. L'Impreza part en tonneau avant de s'enflammer dans la garrigue. Fort heureusement, l'équipage s'en sortira indemne… Dur pour le drômois, qui espérait "marquer" sur sa lancée du Tour de Corse (4e).
Bref, au cours de la deuxième étape, Grönholm était confortablement installé en 3e position quand, dans les derniers kilomètres de la dernière spéciale de la journée, il doit ralentir avec une température d'eau dans le rouge. Un gravillon a percé le radiateur, provoquant la fuite du précieux liquide. Sans eau pour le refroidir, le moteur de la 307 WRC se tait un peu plus loin sur la liaison menant au parc d'assistance de Port Aventura. Dans les faits, l'abandon du finlandais, s'il laisse ce dernier au même niveau que son rival norvégien pour le titre honorifique de vice-champion du monde des "Pilotes" (71 points chacun, avant le dénouement en Australie ce week-end !), scelle le destin de Citroën Sport. Le titre "Constructeurs" est définitivement acquis mais aucune effusion de joie ne transpirera des hommes de Guy Fréquelin. "Par respect pour l'équipe "cousine" qui ne méritait vraiment pas ça", soulignait le patron de Citroën Sport avec compassion.

Avec son 20e succès en WRC, Sébastien Loeb rejoint Didier Auriol sur les tablettes du rallye

La fête, ce sera pour le lendemain. Après que les équipages "maison" Loeb/Elena et Duval/Smeets aient terminé leur rallye de Catalogne au premier et deuxième rang, doublé qu'ils avaient déjà réussi au rallye d'Allemagne. Avec son 20e succès en WRC, succès construit comme à l'habitude (c'est-à-dire en creusant l'écart dès le premier jour, et en contrôlant ensuite), Sébastien Loeb rejoint ainsi Didier Auriol au cinquième rang mondial des pilotes les plus capés en nombre de victoires, à la seule différence que celles du millavois courent sur 13 ans. Mieux, après seulement trois saisons entières en WRC, l'alsacien est à 6 victoires du record absolu détenu par Carlos Sainz, présent tout au long du week-end aux côtés de l'équipe Citroën. Parallèlement, l'équipage franco-monégasque porte à dix son record de victoires en une saison (objectif que visait Solberg en début de saison !), à douze le record de podiums consécutifs. Accueillis avec grand enthousiasme par "l'armée rouge" en liesse, "Seb" et Daniel étaient profondément heureux : "Je voulais gagner ici un jour, avouait l'alsacien double champion du monde. C'est génial d'y parvenir. Mais le plus important pour moi est le doublé réussi par Citroën grâce à François, doublé que la Xsara privée de Xavier Pons a bien failli transformer en triplé (pour un peu plus d'une seconde, le pilote de la Xsara de l'écurie privée Kronos se fait subtiliser la 3e marche du podium par la Ford Focus WRC d'Hirvönen, NDLR). Ce week-end de rêve est le résultat de la passion et du travail de toute notre équipe. Je veux lui dédier cette dixième victoire qui symbolise une saison parfaite". Guy Fréquelin ne dit pas le contraire. Il savoure et revoit le film de la saison : "le début a été difficile, confesse-t-il. Après la Suède et le Mexique, Claude Satinet et moi-même nous sommes dit quelque chose du genre "les saisons se suivent et ne se ressemblent pas". C'est tout à l'honneur de notre équipe d'avoir fait en sorte que cette saison, non seulement ressemble aux précédentes, mais soit encore meilleure. Une fois de plus, je veux dire à quel point je suis fier d'elle. Je tiens également à remercier ceux qui, au bout de la chaîne des compétences, apportent leur talent. Sébastien, François, Daniel, Stéphane (Prévot, l'ex coéquipier de Duval) puis Sven (Smeets, le coéquipier actuel de Duval) ont tous contribué à ce troisième titre de Citroën. Je n'oublie naturellement pas Carlos (Sainz) et Marc (Marti, son coéquipier) pour leur soutien dans un des moments difficiles que j'évoquais. Et Michelin, dont les produits ont maximisé le potentiel de la Xsara WRC". Une Xsara que certains jugeaient "vieillissante", faut-il le rappeler !


Marc David




ZOOM

Junior WRC : victoire et titre pour Sordo

Même en cas de victoire de Guy Wilks, le pilote le plus en vue du Team Suzuki, une troisième place suffisait largement à Dani Sordo/Marc Marti pour coiffer le titre en JWRC. Cette place, ils l'occupaient dès le vendredi soir, après avoir reçu la pénalité d'une minute sanctionnant un changement de moteur sur leur Citroën C2 après le shakedown du jeudi. Jetant toutes ses forces dans la bataille pour ajouter à son palmarès (déjà fort de trois succès cette saison en Sardaigne, Finlande et Allemagne) une victoire dans sa manche nationale, le protégé de Carlos Sainz voyait l'horizon se dégager sérieusement lorsque Guy Wilks sortait de la route dans l'ES8, le samedi matin. Le titre venait de tomber… restait la victoire. Après une assistance remplit d'émotion, l'équipage de la C2 Super 1600 repartait totalement libéré pour aller la chercher. A ce moment, Mirco Baldacci (Fiat Punto), possédait 26 s d'avance. Trois spéciales remportées par la Citroën, ramenèrent Sordo au contact du pilote de San Marin qui céda dans le dernier chrono de la 2e étape. Et c'est ainsi qu'à 22 ans, quatre saisons après avoir gagné le tout premier rallye qu'il disputait, Dani Sordo remporte simultanément son championnat national et le titre mondial, succès qui fait immanquablement penser au parcours réussi en 2001, sur Citroën, par un certain… Sébastien Loeb. Un succès à mettre également au crédit du Team Kronos Racing qui engageait la C2 du pilote de Torrelavega.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle