S'abonner
Constructeurs

Syndicat : l'UAW s'impose chez Volkswagen aux États-Unis

Publié le 22 avril 2024

Par Nabil Bourassi
2 min de lecture
C'est la première fois que le puissant syndicat américain s'implante chez un constructeur étranger. Cette victoire survient six mois après la grève historique qui avait paralysé pendant six semaines les usines automobiles des trois plus gros constructeurs américains. Elle avait abouti à d'importantes hausses de salaires.
Volkswagen UAW
Volkswagen est resté neutre sur la tenue du scrutin. ©AdobeStock-vejaa

L'usine américaine de Volkswagen aux États-Unis aura désormais une représentation syndicale. Les salariés du site de Chattanooga (Tennessee) ont voté à une large majorité en faveur de la proposition de l'UAW (United Auto Workers, le principal syndicat de l'industrie automobile aux États-Unis).

 

Volkswagen est resté neutre

 

73 % des 5 500 salariés de cette usine ont accepté d'être représentés par l'UAW. C'est une première pour le puissant syndicat qui jusqu'ici n'était parvenu qu'à s'implanter dans des usines de constructeurs américains.

 

A lire aussi : Le syndicat UAW veut étendre son influence aux États-Unis

 

"Les travailleurs de Volkswagen viennent d'entrer dans l'histoire !" a déclaré l'UAW dans un message sur X.

 

De son côté, Volkswagen a pris acte du résultat du scrutin après avoir adopté une attitude de neutralité sur les enjeux d'un tel vote. Dans un communiqué, le constructeur automobile allemand a indiqué que tout "s'est déroulé avec un vote démocratique, à bulletins secrets, surveillé par le National Labor Relations Board" (NLRB), l'agence fédérale en charge du droit du travail. "Volkswagen remercie ses travailleurs de Chattanooga pour avoir voté", a ajouté le constructeur.

 

Une grève historique

 

Pour Shawn Fain, président de l'UAW depuis mars 2023, c'est une nouvelle victoire. Cette élection survient quelques mois après la grève historique de l'automne dernier qui avait contraint les constructeurs américains à engager d'importantes augmentations salariales. La grève avait duré près de six semaines et a abouti à un programme de hausse de salaires de 25 % sur quatre ans.

 

A lire aussi : La grève de l'UAW est officiellement terminée

 

C'est fort de cette victoire que l'UAW a relancé une campagne auprès des usines des constructeurs étrangers dans lesquelles il n'était jamais parvenu à s'imposer. Un scrutin est d'ailleurs prévu mi-mai 2024 dans l'usine Mercedes-Benz de Vance (Alabama) qui emploie plus de 6 000 salariés. L'UAW vise également les sites de Hyundai en Alabama et de Toyota dans le Missouri.

 

Cette réussite est partagée par Joe Biden qui est actuellement en campagne pour sa réélection à la prochaine présidentielle américaine. En septembre dernier, il avait soutenu la grève conduite par l'UAW en se rendant à un piquet de grève. Le président américain a salué le résultat du scrutin de Chattanooga.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle