S'abonner
Constructeurs

Stellantis va accélérer son offensive dans le software

Publié le 13 juin 2024

Par Nabil Bourassi
3 min de lecture
Le groupe automobile a fait un premier bilan de sa business unit dédiée au logiciel, fondée il y a trois ans. Stellantis estime que son activité va véritablement accélérer en 2025 avec l'arrivée de plateformes technologiques. Celles-ci s'appuieront sur des logiciels, mais aussi sur l'IA, pour améliorer l'expérience de conduite, ou encore optimiser la gestion de flottes.
Stellantis software
Le logiciel représentera une part de plus en plus importante de la valeur d'une voiture. ©AdobeStock-serhiibobyk

L’enjeu est immense, et Stellantis met les bouchées doubles. Yves Bonnefont, patron de la business unit dédiée au software, a présenté, mercredi 12 juin 2024, les avancées de ce nouveau métier lancé en 2022 par Carlos Tavares dans le plan Dare Forward 2030. 

 

Le premier bilan est conséquent. Stellantis a annoncé avoir multiplié par 2,5 les revenus liés à l’activité logicielle. L’unité se définit désormais comme une "licorne". Le parc de voitures connectées à des services monétisables frôle les 14 millions. Les utilisateurs de produits sur abonnement ont atteint les cinq millions en 2023. 

 

En concurrence avec Tesla et les Gafam

 

Pour Stellantis, c’est un bon point de départ. Il y a encore trois ans, le groupe automobile aux 14 marques ne disposait d’aucune activité dédiée au logiciel. Pour le groupe, c’était un handicap alors que Tesla s’est positionné dans ce domaine et tandis que les Gafam fourmillent d’idées pour s’accaparer cette brique de la chaîne de valeur.

 

D’autant que tous les cabinets de conseil prédisent que ce maillon de la chaîne ne va cesser d’augmenter dans les années à venir. Certains ont même estimé que le logiciel pourrait constituer à l’horizon 2030, 60 % de la valeur d’une automobile. 

 

A lire aussi : Software République dévoile un nouveau modèle de collaboration industrielle

 

Les constructeurs automobiles ont donc accéléré leur transformation dans ce domaine. Volkswagen a investi des fortunes en créant Cariad, tandis que Renault a choisi le format des partenariats avec Software République qui réunit différents acteurs du logiciel (Dassault Systèmes, Atos, Thales, STMicroelectronics…). La business unit dirigée par Yves Bonnefont compte 6 000 ingénieurs dans le monde. 

 

Les plateformes technologiques très attendues

 

Outre ses premières performances commerciales, elle a également annoncé une accélération avec l’arrivée dès 2025 des plateformes technologiques qui équiperont les futures voitures du groupe et apporteront davantage de points de connectivité. 

 

A lire aussi : Oliver Blume temporise sur les projets logiciels de Volkswagen

 

Trois plateformes seront achevées et opérationnelles dès la fin de l’année. STLA Brain est l’architecture basique qui permettra des mises à jour quotidiennes. Elle divisera par deux le nombre d’unités de commandes électroniques. 

 

Avec STLA SmartCockpit, le groupe va plus loin en intégrant l’intelligence artificielle et la personnalisation de l’expérience utilisateur : menus simplifiés, commandes plus ergonomiques… 

 

Enfin, il y a STLA AutoDrive qui permet d’optimiser les capacités de calcul cumulées des deux précédentes plateformes et d’ajouter une brique supplémentaire autour des assistants de conduite (Adas). Stellantis annonce une conduite "mains libres sans regarder la route".

 

Stellantis, éditeur d'applis

 

Dernière annonce, Stellantis annonce une série d’applications développées en interne qui permet de poser un écosystème serviciel à destination des particuliers, mais aussi des flottes automobiles.

 

Avec e-Routes, le groupe veut améliorer la navigation GPS dédiée aux voitures électriques. L’application sera compatible avec CarPlay et Android (les systèmes de synchronisation entre smartphones et voitures d’Apple et Google).

 

A lire aussi : Du cloud au véhicule : le virage logiciel de l'industrie automobile

 

Un assistant virtuel amélioré par ChatGPT débarquera dans l’habitacle des futures voitures Stellantis. Une application de gestion de flottes, Free2move Connect Fleet, sera également disponible. Puis, diverses applications de productivité professionnelle seront intégrées comme MyTasks, qui permet de gérer diverses tâches planifiées, ou encore Mobilisights.

 

Stellantis a annoncé que le premier véhicule équipé d’une plateforme technologique serait commercialisé en 2025. Le groupe espère tirer 20 milliards d'euros de chiffre d'affaires de cette activité en 2030.

Vous devez activer le javacript et la gestion des cookies pour bénéficier de toutes les donctionnalités.
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle