S'abonner
Constructeurs

Smart va passer à la vente directe

Publié le 23 septembre 2021

Par Christophe Jaussaud
3 min de lecture
Fin 2022, Smart va entamer une nouvelle vie avec un SUV, le premier fruit de la coentreprise entre Daimler et Geely. Parmi les nouveautés, la marque a choisi de privilégier la vente directe digitale avec l'appui d'un réseau ayant un contrat d'agent.
Cyril Bravard, président de Smart Automobile France.
Cyril Bravard, président de Smart Automobile France.

Certains constructeurs en rêvent, Smart va le faire. En effet, Smart va changer son modèle de distribution en privilégiant la vente directe digitale. La marque s'appuiera également sur un réseau mais qui aura un contrat d'agent et non de distributeur. Les contrats actuels des concessionnaires vont courir jusqu'à l'arrêt des productions actuelles. A partir de fin 2022, et l'arrivée du SUV dévoilé lors du dernier salon de Munich, Smart se réinvente.

 

A lire aussi : Mais que signifie le contrat d'agent commissionnaire proposé par Stellantis ?

 

"D'ici fin 2022, nous allons développer une plateforme d'e-commerce où la relation contractuelle sera entre Smart Automobile France et le client" explique Cyril Bravard, le président de la filiale française fraîchement créée, le 9 mars 2021. C'est donc Smart France qui facturera la voiture et l'agent touchera une commission. Le prix des modèles sera logiquement fixé par le siège français pour tout le territoire.

 

Des points de représentation sont indispensables car l'automobile n'est pas un produit comme les autres. Le client voudra sans doute essayer le véhicule ou encore demander conseil. Cela étant, la marque dans cette nouvelle version ne devrait pas avoir besoin d'autant de points de vente qu'actuellement. En effet, même si Cyril Bravard n'a pas donné le nombre souhaité à terme, il reconnaît qu'il ne nommera pas autant d'agents que le réseau actuel qui comptait, fin 2019, une centaine de points de ventes pour 36 investisseurs.

 

A lire aussi : Daimler et Geely font Smart communes

 

"Nous n'avons pas besoin d'une telle infrastructure réseau, indique le président, nous voulons que les coûts de distribution soient les plus bas possible". Dans cette perspective, les futurs showrooms Smart seront en fait des corners dans les concessions Mercedes. "Nous préconisons le "shop in shop" pour une meilleure rentabilité, mais si un investisseur veut continuer à exploiter un site dédié si le potentiel commercial est là, nous ne l'empêcherons pas."

 

Tout n'est pas encore construit mais Smart signe petit à petit avec des partenaires pour la mise en place de sa plateforme digitale. Ainsi, le module financement en LLD sera assuré par ALD Automotive et pour d'autres types de financements, notamment la LOA, un autre partenaire sera annoncé plus tard.

 

Au chapitre produit, Smart va débuter sa nouvelle vie avec un SUV urbain 100 % électrique. Dévoilé à Munich, et de passage à Paris le 23 septembre 2021, ce modèle affichera une autonomie maximale de 430 km. Sa recharge de 5 à 80 % demandera moins de 3 heures en courant alternatif et moins de 30 minutes en courant continu. Il devrait également y avoir deux tailles de batterie. Avec sa longueur d'environ 4,20, c'est à peu près tout ce que nous savons.

 

Cette nouvelle vie sera en revanche clairement dans le premium. Le constructeur promet une qualité au diapason des standards de cet univers. Une promesse où finalement trois acteurs travaillent de concert. En effet, Daimler a gardé la main sur le design et l'interface de connectivité, alors que la coentreprise assure le développement des produits et Geely supervise la fabrication, en Chine, et offre sa banque d'organe technologique et sa supply chain.

 

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle