S'abonner
Constructeurs

Punch souhaite relancer l'usine Nissan de Barcelone

Publié le 15 septembre 2021

Par Christophe Jaussaud
2 min de lecture
Le groupe belge Punch a fait une offre pour reprendre les installations catalanes de Nissan. Il compte investir sur le site 650 millions d'euros d'ici 2027 pour produire un pick-up à hydrogène.
En 2018, le e-NV200 était produit dans l'usine Nissan de Barcelone.
En 2018, le e-NV200 était produit dans l'usine Nissan de Barcelone.

Condamnée à la fermeture, l'usine Nissan de Barcelone pourrait rebondir. En effet, le groupe belge Punch a dévoilé un projet de voiture à hydrogène, appuyé par 650 millions d'euros d'investissement d'ici 2027, susceptible de générer 2 000 emplois directs sur l'ancien site à l'horizon 2025.

 

Le groupe Punch, qui a déposé une offre de reprise pour les trois usines catalanes de Nissan (Zona Franca, Sant Andreu et Montcada), souhaite y développer un modèle de pick-up électrique basé sur la technique de l'hydrogène chaud. Rappelons que le groupe Punch compte dans son portefeuille d'activités Punch Powertrain, notamment connu pour ses boîtes de vitesse. Cette entité avait d'ailleurs tenté de reprendre, sans succès, l'usine Ford de Blanquefort.

 

Ce projet prévoit "d'utiliser pleinement l'infrastructure et les compétences existantes", a assuré dans un communiqué l'entreprise. "Il y aura une intégration progressive de la main-d'œuvre actuelle jusqu'à atteindre 1 000 emplois directs en 2023 et  2 000 d'ici 2025 et un maintien des fournisseurs locaux sur sa base actuelle", précise le communiqué.

 

A lire aussi : Nissan revoit ses priorités

 

Nissan avait annoncé au printemps 2020 la fermeture de son usine de Barcelone, employant quelque 3 000 personnes, mais aussi une autre en Indonésie. A l'époque, le constructeur avait annoncé une perte nette de 5,7 milliards d'euros pour l'exercice 2019-2020. Cette annonce de la fermeture du site catalan avait suscité la colère des salariés et les critiques du gouvernement. Après des négociations avec les syndicats, Nissan a finalement accepté de repousser à fin 2021 la fermeture de complexe industriel.

 

L'Espagne est le deuxième constructeur de voitures de l'Union européenne derrière l'Allemagne. L'automobile est un secteur-clef pour ce pays : il représente 10 % de son PIB. (avec AFP)

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle