S'abonner
Constructeurs

Lionel French Keogh, Hyundai : "La concession doit devenir un lieu pratique"

Publié le 15 juillet 2021

Par Gredy Raffin
12 min de lecture
Fort d'un premier semestre 2021 historique, le président de Hyundai France, Lionel French Keogh, se montre intimement convaincu de l'importance du réseau dans la stratégie de la marque. De nouveaux chantiers sont lancés.
Lionel French Keogh, président de Hyundai France.
Lionel French Keogh, président de Hyundai France.
  Journal de l'Automobile : Comment les bons résultats annoncés en fin de premier semestre placent-t-ils la filiale tricolore de Hyundai sur la scène européenne ? Lionel French Keogh : Hyundai France est la filiale qui a le plus progressé, parmi les cinq pays majeurs. En termes de part de marché, nous restons cependant encore loin. Nous nous rapprochons de celle enregistrée en Italie, mais les filiales allemande, anglaise et espagnole font bien mieux. Il n'y a pas à rougir pour autant, les structures de marché sont différentes et nous devons faire face, ici, à la concurrence directe de constructeurs nationaux très forts. C'est moins vrai dans les autres pays. En 2021, Hyundai finira au-dessus de 3 % de pénétration à l'échelle européenne, nous avons donc encore des opportunités pour nous aligner sur ce niveau.   JA : Dans un contexte de marché sous tension sanitaire et logistique, comment expliquer une telle performance ? LFK : Entre le confinement et le couvre-feu, le contexte a été défavorable aux particuliers. Depuis la levée des restrictions, nous observons que la dynamique peine à reprendre sur ce segment, contrairement au canal des professionnels qui est reparti presque aussitôt, du fait des besoins immédiats de véhicules comme d'outils de travail mais aussi de notre pertinence technologique. Durant cette période de semi-fermeture, nous ne pouvions vendre que sur rendez-vous, soit un schéma qui s'apparente plus à du commerce BtoB par nature. Le mix a nettement été impacté par cette mesure et de fait, à titre d'exemple, nous sommes passés de 40 % à 70 % de commandes de Tucson par des professionnels en avril. Peut-être aurait-on pu faire plus de ventes à particulier, mais nous sommes satisfaits du travail accompli.   JA : Et qu'en est-il des complications logistiques…  LFK : Nous avons actuellement un stock équivalent à 2,5 mois d'activité après avoir commencé l'exercice avec 4 mois de réserve. Nous avions fait ce choix car la saisonnalité du premier trimestre est très forte en ce qui nous concerne. Le stock continue de faire vendre car la capacité à livrer fait la différence. Nous voulions mettre cet avantage de notre côté. Si on ne se prépare pas pour le meilleur, le meilleur n'arrive pas. Dans le même temps, nous avons passé un accord avec la maison mère pour récupérer des volumes issus d'autres pays, notamment ceux de l'Allemagne et de l'Angleterre, car à certains moments, comme en mars et en avril, 70 % du réseau européen était fermé. En contrepartie, nous nous sommes engagés à dépasser nos objectifs annuels. J'ai ainsi reçu plus de Tucson Plug-in Hybrid que prévu [...]

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour accéder à la totalité de l'article abonnez-vous.
Abonnez-vous
Déjà abonné ? Connectez-vous
Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle