S'abonner
Constructeurs

Les salariés de Stellantis vont toucher jusqu'à 2,4 mois de salaire en plus

Publié le 22 février 2023

Par Catherine Leroy
4 min de lecture
Stellantis annonce verser deux milliards d'euros à ses salariés. Ce qui correspond, en moyenne, à une prime comprise entre 4 300 euros et 6 100 euros bruts maximum par personne. En France, les salariés de l'ex-FCA ne pourront pas en bénéficier.
Stellantis salariés
Stellantis, dont le bénéfice net atteint le record de 16,8 milliards d'euros pour 2022, annonce verser 2 milliards d'euros aux salariés du groupe, ce qui correspond à 2,4 mois de salaire en moyenne.

(Mis à jour le 23 février 2022 à 18h00)

 

En 2022, le groupe Stellantis avait versé 1,9 milliard d'euros en prime d'intéressement et de participation à ses salariés, soit 4 000 euros brut en moyenne pour la France. Au regard  des résultats financiers records affichés par le constructeur au titre de l'année passée, les salariés bénéficieront d'une redistribution de deux milliards d'euros, en 2023.

 

Ce qui correspond en moyenne, au versement d'une prime de participation et d'intéressement de 4 300 euros minimum et de 6 100 euros maximum dont 587 euros de prime exceptionnelle, soit 300 euros bruts supplémentaire par rapport à 2022. Cette redistribution correspond à 8,84 % de la masse salariale et près de 2,4 mois de salaire pour les ouvriers notamment. Cependant, les salariés en France ne seront pas tous logés à la même enseigne car l'entité Stellantis France n'existe pas juridiquement. Ce sont les salariés de PSA Automobiles SA qui bénéficieront de cette prime. Les 250 salariés de la structure FCA France ne sont pas concernés par le versement de ce bonus.

 

"Nous sommes très fiers d'annoncer ces résultats et la politique de partage de la valeur. Comme nous avons enregistré une performance record, nous allons redistribuer plus de deux milliards d'euros aux salariés du groupe. C'est une juste reconnaissance du travail de tous les salariés du groupe", a affirmé Xavier Chereau, directeur des ressources humaines et de la transformation du constructeur, lors d'un point avec la presse en amont de la présentation des résultats financiers 2022.

 

Ces 4 300 euros viennent en complément  d'une prime de 1 000 euros  et d'une augmentation de salaire de 5,3 %, selon un accord signé  par 60 % des organisation syndicales du groupe.

 

La CFDT dans un communiqué, estime que "ces primes sont nettement en dessous des attentes et ne reflètent pas l'engagement des salariés et la surperformance économique. C'est un très mauvais signe qu'envoie le groupe Stellantis aux salariés en privilégiant une fois de plus les actionnaires : quatre milliards versés et seulement deux milliards pour les salariés. Dans la redistribution des richesses, la direction creuse le fossé entre les salariés et les actionnaires."

 

Augmentation de la fidélité des salariés Stellantis

 

Au-delà du partage de la valeur, le groupe travaille également à l'augmentation de la fidélité des salariés au sein du groupe.  "Nous voulons faire de Stellantis une entreprise où il fait bon travailler. Depuis la création du groupe, nous avons noté également  une hausse du taux de fidélité des trois premiers niveaux de management de plus de 7 pour atteindre 27 %", ajoute Xavier Chéreau. A l'origine de la création de Stellantis, au 1er janvier 2021, ce taux atteignait 20,5 %.

 

Le plan de départs volontaires signé au début de l'année 2022, et qui doit se poursuivre jusqu'à la fin de cette année, envisageait la signature de 1 300 ruptures volontaires en 2022 et 2023. Mais Bruno Bertin, DRH de Stellantis en France, a indiqué lors de ce point avec la presse que 600 personnes avaient accepté le "congés senior".

 

A lire aussi : Stellantis table sur 2 600 départs volontaire d'ici fin 2023 en France

Le groupe emploie 44 000 personnes en France (sur un total de 264 000 salariés dans le monde).

 

"Nous avons un énorme enjeu de compétence et de requalification des emplois dans tous les pays. Et chaque année près de 1 000 personnes sont en phase de reconversion", a ajouté Xavier Chéreau. Le plan Dare Forward vise à transformer le constructeur automobile en une "tech company" à horizon 2030.

 

Le groupe souhaite également faire avancer un plan d'actionnariat pour les salariés que ces derniers pèsent "le plus vite possible" 5 % des actionnaires et 10 % d'ici 2030.

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Pour vous tenir informés de toute l'actualité automobile, abonnez-vous à nos newsletters.
Inscription aux Newsletters
cross-circle