S'abonner
Constructeurs

Le GP de France à l’heure du rock

Publié le 14 avril 2006

Par Marc David
4 min de lecture
Jacques Régis, le président de la FFSA, a récemment dévoilé les "festivités" du GP du centenaire. Evénement majeur de la saison de Formule 1 aujourd'hui, la manche française du Championnat du Monde de la FIA est, historiquement parlant, la course automobile la plus...
Jacques Régis, le président de la FFSA, a récemment dévoilé les "festivités" du GP du centenaire. Evénement majeur de la saison de Formule 1 aujourd'hui, la manche française du Championnat du Monde de la FIA est, historiquement parlant, la course automobile la plus...

...ancienne connue sous l'appellation "Grand Prix". En fait, ses organisateurs auraient, à l'époque, emprunté l'expression aux courses hippiques. Créé en remplacement de la Coupe Gordon-Benett, le premier Grand Prix de l'ACF se déroula ainsi pour la première fois le 26 juin 1906 sur le circuit de la Sarthe, à l'est du Mans. Pour la petite histoire, la victoire revint à la Renault de Szisz grâce, notamment, à l'utilisation de jantes "amovibles" prenant toute leur signification en cas de crevaison (le pilote en essuya quelques-unes !)…
Pour ce qui concerne 2006, le GP de France se déroulera du 14 au 16 juillet prochain (because Coupe du monde de football, entre autres). Outre le spectacle sur la piste, il sera aussi l'occasion de célébrer la fête nationale. Mais, Jacques Régis, président de la FFSA, tient à évoquer l'édition 2005. Il faut dire que la "Fédé" a repris à son compte l'organisation de la manifestation depuis deux ans, c'est-à-dire en 2004. "Avec 82 000 spectateurs présents sur le circuit rien que le dimanche, nous avons enregistré une progression de 14 % par rapport à 2004, indique-t-il. Sur les trois jours, près de 180 000 spectateurs sont venus à Magny-Cours, dont 11 % d'étrangers. En outre, l'édition 2005 a permis d'atteindre l'équilibre financier avec un budget global proche de 20 millions d'euros". Le coût du plateau augmentant de 10 % chaque année, il faudra débourser entre 21 et 22 millions d'euros en 2006 pour l'organisation de la manifestation dont la survie, rappelons-le, ne tient qu'aux recettes dégagées par la billetterie. "Dans les conditions actuelles, il est difficile de se pencher sur l'avenir, mais des discussions sont en cours", souligne laconiquement Jacques Régis. Une chose est certaine. Compte tenu des demandes nombreuses de pays émergents désireux d'organiser leur Grand Prix de F1, Bernie Ecclestone, le "grand argentier" de la F1, pense sérieusement à supprimer quelques manches européennes,         dans la mesure où il est hors de question de porter à plus de vingt le nombre de courses dans la saison.

Pour 2006, la FFSA a maintenu sa politique de prix en améliorant le confort des spectateurs

Reste que, pour 2006, la FFSA a maintenu sa politique de prix et s'est concentrée sur l'amélioration du confort des spectateurs. Dans ce cadre, l'ensemble des gradins (50 000 places) a été remis en état. Côté piste, le virage d'Estoril a vu la création d'une aire de dégagement asphaltée et drainée, quant au virage du Lycée, il a vu un agrandissement du bac à graviers. Et puis, sur le plan des courses annexes, le GP de France 2006 bénéficiera comme en 2005 du GP2 (avec 5 pilotes français) et de la Supercup Porsche. A ces disciplines s'ajouteront une innovation 2006, soit la BMW Mini Challenge et, pour saluer la dimmension anniversaire cette édition, la FFSA organisera aussi un Grand Prix Historique avec des voitures de Formule 1 des années 1960-1970.
En outre, la piste Club de Magny-Cours sera le théâtre d'un concert exceptionnel le vendredi 14 juillet. Roger Waters, le génie et l'âme de Pink Floyd, proposera "The Dark Side Of The Moon" avec la participation exclusive de Nick Mason, le célèbre batteur du groupe rock. Dans ce cadre, toute une gamme de billets sera disponible (de 50 à 150 euros avec parking gratuit), avec notamment un billet couplé au prix spécial de 100 euros donnant l'accès au circuit la journée du vendredi et le soir au concert. Parallèlement à cet événement, une exposition regroupant des voitures de Grands Prix historiques (retraçant 100 ans de compétition automobile) débutera fin mai à Paris, dans le bas de l'Avenue des Champs Elysées ; une parade étant également programmée.


Marc David

Partager :

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

cross-circle